AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deathy
Chaton


Date d'inscription : 01/08/2013

Nombre de messages : 266

PUF : Deathy ; Light ; Arsenic Riot

Autre(s) personnage(s) : anciennement Esprit des Chimères.


Feuille de Guerrier
Force:
25/200  (25/200)
Vitesse:
200/200  (200/200)
Agilité:
175/200  (175/200)

MessageSujet: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Sam 26 Avr - 13:26











Quelques fils dorés pénétraient dans son antre. Le guérisseur roula une fois sur le côté pour éviter le rayon qui lui maltraitait l’œil puis la chaleur étouffante de sa tanière le força à se réveiller. Son rituel matinal s’exécuta. Scrupuleusement, il émergea sur le parvis de feuilles de l’infirmerie, laissant la douceur estivale caresser son étrange fourrure écaille. Si viril. Un regard vers l’entrée du camp, il soupirait en voyant le gibier diminué. La faim lui tiraillait l’estomac mais il restait formel : Jamais manger ce qu’ils ramenaient. Il haïssait manger, il haïssait sentir cette graisse étouffer ses entrailles et avait une peur panique qu’un jour, ce poison n’empêche son sang de passer. Oh, vraiment, il avait un souci avec la nourriture.
Comme à son habitude, son soupir fut suivi d’une ingurgitation de pousses de chêne qui réduisait son appétit. Il était guérisseur et malade, c’était terrible. Il pensait à ce félin qui venait souvent pour des soucis semblables, ce chat squelettique qu’on aimait trouver laid, si cynique qu’on adorait le détester. Esprit des Chimères éprouvait une forte antipathie en son égard. Il le voyait souvent se ruer sur le gibier, manger puis ne plus rien manger jusqu’à qu’on l’on emmène dans l’antre. Pour le mâle écaille, ce n’était qu’une manière de se faire remarquer. A défaut d’être laid, il voulait l’attention, le scélérat. A défaut d’être laid, il était touchant.

Le guérisseur chassa le mâle de ses pensées et reprit des pousses de chêne pour anesthésier sa douleur. Il avait faim d’avoir faim, étrangement. Une addiction à la douleur, à ce sentiment malsain qui finissait par prendre ce manque comme quelque chose de positif. Il était réellement étrange, ce guérisseur trop compétent, dans sa démarche, ses soins, sa manière de se conduire avec lui-même.
Son regard vert vagabonda entre ses étagères improvisées. C’était bien une de ses caractéristiques, sa manie à tout ranger pour ne laisser entrevoir aucun bazar. « Le b*rdel n’est qu’un reflet de mon esprit ». Il agita la tête. Il en avait assez de penser. Il n’avait plus de pousses de chêne. Il voulait se claquer la tête contre un mur. Il n’avait plus de graines de pavot. Si seulement il pouvait mettre son cerveau sur le bouton off. Il n’avait plus rien. Il ne pensait plus à rien.

Une légère courbure de son échine lui suffit pour franchir avec agilité le tunnel de sa tanière. Le soleil lui cramait les iris et le guérisseur cligna à plusieurs reprises pour s’habituer au bain de lumière. Pour aller chercher des herbes, il lui fallait trouver quelques guerriers. Le minuscule mâle écaille aperçut Pelage de Suie étendu avec Etincelle d’Argent. Ni l’un ni l’autre n’avait le profit du guerrier accompagnateur d’un guérisseur selon lui. Rêves d’Eté se tenait non loin avec ses trois petits. Elle n’était qu’une reine, un ventre sur pattes, pas quelqu’un qui pouvait l’accompagner. Esprit des Chimères tourna le regard quand il vit la silhouette désarticulée et rachitique de Nuits Fauves. Tout le monde, mais pas lui. Un éclair s’élança devant lui en hurlant des absurdités. Les iris verts du guérisseur tentèrent de suivre la forme et il crut reconnaître Danse Folle. Ô Danse Folle, il avait peut – être trouvé son accompagnateur.

« Tu m’as l’air en forme aujourd’hui. »
dit – il platement avec une pointe d’ironie dans sa voix.

La flèche était toujours comme ça. Hyperactive, à sauter de partout. Beaucoup la traitait de folle, pour Esprit des Chimères elle était seulement désespérément marginale, étrange. Sans savoir réellement pourquoi, elle l’amusait avec son air enfantin de gamine qui ne comprenait rien. C’était comme si les connexions nerveuses de son cerveau faisaient une immense révolution à l’intérieur de son crâne et qu’elle en subissait les conséquences corporelles avec une joie intense. Etrange vous dis – je.

« Tu m’accompagnes chercher des herbes ? Oh j’oubliais, c’est pas une question puisque tu sembles si pleine d’énergie. Je change mon intonation dans ce cas, tu m’accompagnes chercher des herbes. On va pas très loin, juste à quelques pas j’ai besoin de toutes sortes de trucs. »


En réalité ils allaient peut – être les territoires du Tonnerre. Oh, attendez, ils allaient aller sur les territoires du Vent, sinon c’était pas marrant. Le statut divin du guérisseur empêchait toute contestation des ennemis, puis Esprit des Chimères savait faire sa tête de chien battu. Sa mauvaise réputation s’étendait au-delà du Tonnerre et il en jouissait. C’était bon de se sentir différent, marginal. Si un guerrier ou un piètre apprenti du Vent osait lui dire ce qu’il devait faire, il lui réapprendrait avec cette voix agaçante qu’un guérisseur peut venir pour des cueillettes dans le but de ne pas laisser mourir sa tribu.
Il ignorait si elle l’avait écouté, avec son air de cinglée et sa lueur un peu flippante au fond des yeux. Elle était désarmante. Pour beaucoup, c’était le genre de femelles à chanter en pleine forêt en langage qu’elle ne connaissait pas, à vendre ses enfants pour quelques herbes euphorisantes. Ce genre de femelles que les reines ne souhaitaient pas que leurs chatons rencontrent.
C’était justement ça qui plaisait à Esprit des Chimères, certainement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danse Folle
Flèche


Féminin
Date d'inscription : 11/04/2014

Nombre de messages : 27

PUF : Cora, Déesse du pat pat (parce que je pat pat tout le monde 8D), Tumbleweeds Girl, Spinda

Amour : L'amour? C'est quoi l'amour? C'est quelque chose dans la tête? Qui nous donne autant de joies que de souffrances? Si c'est vrai...je connaîtrais le bonheur un jour si je connais l'amour? Et aussi...la douleur? Le bonheur serait-il synonyme de douleur pour moi? J'ai tellement de questions...

Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Mar 29 Avr - 6:51

Une belle matinée se préparait à l'horizon. Pas un nuage, une chaleur idéale pile à 25°, les chants harmonieux d'oiseaux dans la forêt...

"AU FEU!!!"

...et cette grasse matinée bien méritée par certains guerriers qui se retrouve gâchée en une phrase par une Flèche complètement affolée hurlant à travers tout le camp qu'il y a un incendie dans la tanière des guerriers, alors qu'il s'agit tout simplement d'un rayon de soleil qui a aveuglé et réveillé la femelle en sursaut.
"Encore une idiotie de la folle dingue..." devaient penser les quelques chats dehors de si bon matin. Ce genre d'incident était habituel chez elle, et nombreux sont ceux qui ont jeté l'éponge et décidé de l'ignorer.
Elle courut en rond au centre du camp, manquant de bousculer nombre de guerriers et d'apprentis rameutés par ce boucan infernal.

"Tu m’as l’air en forme aujourd’hui."

Danse Folle s'arrêta net en entendant la voix monocorde d'un chat qui lui semblait vaguement connu. C'était qui déjà? Elle avait son nom sur le bout de la langue...
Elle agita bizarrement une de ses pattes avant à la hauteur de son visage rieur, à mi-chemin entre le salut des chats de Tribu et celui des bipèdes. Comment une guerrière digne de ce nom peut-elle avoir des idées aussi saugrenues, personne ne le sait...

"Oh! Bonjour! Belle journée n'est-ce pas?"

La femelle avait complètement oublié ce pourquoi elle criait depuis un bon moment et semblait être de nouveau d'une humeur joyeuse, comme si rien ne s'était passé.

"Tu m’accompagnes chercher des herbes ? Oh j’oubliais, c’est pas une question puisque tu sembles si pleine d’énergie. Je change mon intonation dans ce cas, tu m’accompagnes chercher des herbes. On va pas très loin, juste à quelques pas j’ai besoin de toutes sortes de trucs."

...ah!! Mais oui, Esprit des Chimères, le guérisseur! Comment elle avait pu oublié son nom alors qu'il occupait une place importante au sein du Clan?
Le ton du guérisseur ne la blessa absolument pas, même s'il était désagréable. Au contraire, c'était rare qu'on lui demande un service aussi important, elle en était en fait très flattée.

"Ah, mais oui! Bien sûr! On me demande jamais rien de toute façon, vu que je fais tout de travers...alors j'ai rien d'autre à faire! Hahaha! C'est génial! J'espère qu'on rentrera en un seul morceau! Parce que...des fois je me perds sur le territoire quand je dois partir en mission de Flèche! Oups, j'aurais pas du dire ça... Mais bon, oui! Je peux t'accompagner!

Elle débita ces paroles très vite et presque sans respirer, puis Danse Folle se mit à sautiller sur place, surexcitée.

"On y va? On y va? Ça va faire super longtemps que je suis pas sortie officiellement du camp! C'est génial!! Hein? On y va? On y va? Hein??

Tellement impatiente, elle n'attendit pas la réponse du guérisseur et fit un aller retour jusqu'au tunnel d'ajoncs et se replaça devant lui, les yeux brillants.


Dernière édition par Danse Folle le Dim 18 Mai - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deathy
Chaton


Date d'inscription : 01/08/2013

Nombre de messages : 266

PUF : Deathy ; Light ; Arsenic Riot

Autre(s) personnage(s) : anciennement Esprit des Chimères.


Feuille de Guerrier
Force:
25/200  (25/200)
Vitesse:
200/200  (200/200)
Agilité:
175/200  (175/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Mar 29 Avr - 14:23











Danse Folle était un personnage d’un film à humour absurde. Vous savez, les films des Monty Pythons ou du Quentin Dupieux. Tous ses gestes semblaient sortis du contexte. Dès qu’on s’attendait à une réaction ou à quelque chose, elle ne faisait même pas l’inverse de ce qu’on pensait non. Elle faisait quelque chose qui nous semblait hors du contexte, absurde, ce genre de choses qu’on arrivait même pas à imaginer tellement ça nous semblait absurde.

« Ah, mais oui! Bien sûr! On me demande jamais rien de toute façon, vu que je fais tout de travers...alors j'ai rien d'autre à faire! Hahaha! C'est génial! J'espère qu'on rentrera en un seul morceau! Parce que...des fois je me perds sur le territoire quand je dois partir en mission de Flèche! Oups, j'aurais pas du dire ça... Mais bon, oui! Je peux t'accompagner! »


En réalité elle agissait comme une enfant mais sans l’être. Elle était plus mature qu’une enfant car elle semblait ne pas réfléchir à ses faits. En réalité elle était assez inclassable, entre la folie pure et l’amusement permanent. C’était principalement pour ça qu’Esprit des Chimères l’avait choisi. Il savait qu’elle agirait différemment des autres guerriers et que la promenade de santé allait s’avérer amusante.

« C’est justement pour ça que je t’ai choisi pour cette grande quête Danse Folle ! »

Elle commençait à manifester de l’impatience. Le guérisseur, amusé, fit un grand geste théâtral pour le départ et commença à avancer vers l’extérieur du camp. Les mots de la flèche tournèrent dans son esprit. Personne ne semblait l’aimer, ou même la supporter à cause de ses manières étranges. Elle était peut – être trop joyeuse d’apparence pour les autres. Dommage.

« Tu ne fais plus de sorties ? C’est dommage ça. Pourquoi ? Même les patrouilles ne veulent pas ? »


Il continua de marcher et dériva son chemin de l’arbre aux hiboux, se dirigeant vers le territoire du Vent. Il ignorait si Danse Folle comprenait qu’elle allait accompagner un guérisseur sur un camp ennemi dans le seul but d’assouvir les besoins de provocation de ce dernier. Il jubilait d’avance. Il l’imaginait, hurlant et sautant au milieu d’une patrouille ennemie. Ils allaient s’amuser, ça allait être le b*rdel, oh oui !

« Nous allons marcher longtemps Danse Folle. »
Il marqua une pause et un sourire s’étira sur son visage « On va sur le territoire du Vent. »

Sa voix était sans appel. De toute manière, elle n’avait pas le choix. Bientôt, la lande déserte du Vent apparaissait sous les yeux. Tactique, le guérisseur préféra aller dans la crevasse. Se jeter dans la gueule de l’ennemi aurait été suicidaire, et Esprit des Chimères réfléchissait un minimum. Mine de rien. La crevasse regorgeait d’herbes en tout genre, puis elle gardait surtout bien les odeurs.
Le Vent et le Tonnerre étaient en phase d’alliance en ce moment. Sans mentir, Esprit des Chimères rejetait cette idée. Il savait qu’Etoile de Cannelle n’était pas dans le meilleur de sa forme et il se disait que cette alliance allait causer plus de tort que de bienfaits. Etoile du Perroquet était encore jeune et elle allait forcément accepter, souhaitait le bien de son Clan telle une bonne meneuse. Là était le souci. Cette alliance était empoisonnée et allait conduire à une guerre. Les alliances c’était toujours comme ça. De bonnes intentions puis tout partait en fumée. Le guérisseur agita la tête de droite à gauche histoire de chasser ses pensées de sa tête. Il se retourna vers Danse Fo… Danse Folle qu’il avait décidément perdu.

« P*TAIN ! Danse Folle ! T’es où ?! »

Il soupira et hésita entre continuer son travail et retourner la chercher. Avant toute chose, il se plaqua le crâne contre la tête, jurant à tout va. S’il hurlait, le Vent allait les repérer. Cependant, avec la Flèche, elle pouvait être partout.
Quelle idée de l’avoir prise, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danse Folle
Flèche


Féminin
Date d'inscription : 11/04/2014

Nombre de messages : 27

PUF : Cora, Déesse du pat pat (parce que je pat pat tout le monde 8D), Tumbleweeds Girl, Spinda

Amour : L'amour? C'est quoi l'amour? C'est quelque chose dans la tête? Qui nous donne autant de joies que de souffrances? Si c'est vrai...je connaîtrais le bonheur un jour si je connais l'amour? Et aussi...la douleur? Le bonheur serait-il synonyme de douleur pour moi? J'ai tellement de questions...

Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Mer 30 Avr - 18:05

[J'aime tes références cinématographiques xD]

"C’est justement pour ça que je t’ai choisi pour cette grande quête Danse Folle !"

Décidément, Esprit des Chimères sortait du lot des chats de Clan, quel qu'il soit. La chatte aux yeux aigue-marine, même si elle sentait parfaitement bien que l'intonation du chat écaille était ironique, était touchée par le fait qu'on pense à elle, ne serait-ce que pour une quête insignifiante comme aider un guérisseur à remplir sa réserve de remèdes. Elle était vraiment comblée de joie. Parce qu'on l'ignorait habituellement.

"Tu ne fais plus de sorties ? C’est dommage ça. Pourquoi ? Même les patrouilles ne veulent pas?"
"Bah...non. Apparemment ils ont peur que je fasse une bêtise."


Danse Folle se mit à rire.

"Pourquoi ils auraient peur? Je ne fais peur à personne pourtant! Enfin...presque personne! J'ai quelque chose d'effrayant? Je suis comme n'importe quelle chatte pourtant..."

Elle suivit Esprit des Chimères et remarqua qu'ils s'étaient éloignés des terres du Tonnerre.

"Nous allons marcher longtemps Danse Folle.
On va sur le territoire du Vent."


Elle réfléchit pendant quelques secondes aux mots qu'avaient prononcé Esprit des Chimères, comme pour essayer de comprendre ce qu'il venait de dire.

"Mais c'est interdit ça, non?"

Le regard de la chatte s'illumina, de cette lueur flippante qui brillait constamment dans son regard. Mieux qu'une balade de santé, tout ça!

"Hi hi! C'est génial!"

Absolument pas perturbée pour le moins du monde, elle regardait tout autour d'eux avec un intérêt grandissant, enregistrant en réalité le moindre brin d'herbe dans sa mémoire pour être sûre de pouvoir se repérer si d'aventure elle se retrouvait de nouveau sur ces territoires. Car oui, il y a un détail sur Danse Folle que tous ignorent dans les Clans : elle peut se repérer et mémoriser la moindre aspérité du sol d'un territoire ennemi en à peine une sortie, et même s'y balader les yeux fermés lors des sorties suivantes en indiquant quels endroits regorgent de gibiers, quels endroits sont idéals pour se dissimuler, etc.
Mais pas sur les terres de son propre Clan. Bien entendu. Personne n'est parfait.

Pendant que le guérisseur cherchait des remèdes, elle se mit à "explorer" un peu plus les alentours en reniflant les nouvelles odeurs avec enthousiasme. La chatte crème finit par lever la truffe au bout d'un certain temps et entreprit d'observer son compagnon d'escapade.
C'était bien la première fois qu'elle le voyait d'aussi près. Elle en avait parfois entendu parler, de ce guérisseur un peu sadique et méchant, mais elle se fichait pas mal des préjugés des autres. Seule sa propre opinion comptait pour elle-même.
Ce pelage écaille qui était réservé à la gente féminine la fascinait. C'était inhabituel, bien sûr, mais pourtant, Danse Folle ne l'aurait jamais pris pour une chatte. Les autres guerriers sont-ils vraiment plus bêtes qu'elle pour croire ça? C'était insensé pourtant! Plus insensé qu'elle-même!
L'autre chose qui la frappa, ce fut sa maigreur. Une maigreur qu'elle connaissait un peu : Danse Folle oubliait parfois de manger pendant plusieurs jours quand elle était vraaaaaaiment étourdie, mais là...ça faisait presque peur.

...je ne peux pas le laisser comme ça...

Elle s'éloigna discrètement et huma l'air. Elle repéra le fumet frais d'une souris, à quelques pas d'elle. Le rongeur, en l'apercevant, sursauta et détalla...pour se cogner violemment le crâne sur un rocher qu'elle n'avait pas vu à temps. La femelle s'approcha de la proie encore chaude et la prit dans sa gueule.

Elle tombe bien, cette souris. Mais...c'est une proie du Clan du Vent, j'ai pas le droit de la prendre. Mais je l'ai pas chassée, elle s'est tuée toute seule! D'ailleurs peut-être que je finirai comme elle un jour...à être trop étourdie...
Aaaaah que faire? Si je la laisse, elle va être perdue et sa mort n'aura servi à rien! Cette pauvre souris...elle méritait tout de même de servir à quelqu'un...sa vie n'aurait pas été vaine! Que faire?


"P*TAIN ! Danse Folle ! T’es où ?!"

La voix d'Esprit des Chimères la ramena à la réalité. Elle secoua la tête et retourna près de lui avec son butin. Après tout, si la santé d'un guérisseur est en péril...j'ai bien le droit de l'aider!
Elle posa sa proie devant le guérisseur.

"Tiens. Elle s'est tuée toute seule, il ne faudrait pas la gâcher."

Danse Folle ignorait si il allait la prendre ou pas, mais poursuivit :

"T'as du oublié de manger en plus! Depuis super longtemps! Ça se voit! Moi aussi j'oublie parfois...mais...c'est parce que j'ai pas mal! J'ai jamais mal...enfin...je sais pas comment on peut avoir mal en ne mangeant pas mais...bah de toute façon, je veux pas que tu meures! On peut mourir si on mange pas...et la mort...ça doit faire mal! Et...et...c'est absurde de ma part c'est vrai, mais c'est comme ça. Je veux pas que tu meures."

Elle s'agitait un peu en débitant ces mots, puis se campa devant lui, parfaitement immobile, et parut un moment avoir une pointe de lucidité dans son regard en poursuivant :

"Tu es l'un des rares à ne pas éprouver de la pitié envers moi. Je le sens. Et...ça me fait beaucoup plaisir. Vraiment. Alors...mange la. S'il te plaît."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deathy
Chaton


Date d'inscription : 01/08/2013

Nombre de messages : 266

PUF : Deathy ; Light ; Arsenic Riot

Autre(s) personnage(s) : anciennement Esprit des Chimères.


Feuille de Guerrier
Force:
25/200  (25/200)
Vitesse:
200/200  (200/200)
Agilité:
175/200  (175/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Dim 4 Mai - 6:19











Désormais il n’allait plus y prêter attention. Au diable cette flèche qui s’enfuyait sans rien dire, après tout il finit par se résigner à la chercher. Il n’avait pas besoin d’elle, et sa présence n’était seulement qu’une formalité pour ne pas se faire tomber dessus par la totalité du Tonnerre. Pendant un moment, Esprit des Chimères s’étonnait de regretter l’avoir prise. Il agita la tête de droite à gauche. Quelle idée, Danse Folle était de loin une des femelles les plus imprévisibles du Clan. Il avait su qu’il allait certainement la perdre, qu’elle allait hurler, faire quelque chose d’aléatoire, mais après tout, n’était – ce pas pour ça au départ qu’il l’avait prit ? Il voulait illustrer le b*rdel du Tonnerre, entre la chef qui se laissait mourir, le guérisseur instable et la lieutenante désespérée. Il était beau, le Tonnerre. Il en profitait pour observer le paysage et s’émerveiller. Il sentait quelque chose opérer en lui, comme l’action d’étincelles au fond de son estomac tandis que le courant grimpait sur les os de sa colonne vertébrale. S’il n’avait pas été un chat du Tonnerre, il aurait souhaité être un félin du Vent. Il s’imaginait bien, courir des journées entières à une vitesse folle, sentir le vent contre sa fourrure, profiter des paysages désertiques qui attiraient si peu de gens. Vraiment, il aurait tellement voulu. Esprit des Chimères tira une étrange grimace, pourquoi regretter ses origines ? A la place il avait la chance de savoir grimper aux arbres et de profiter aisément de cet avantage pour se cacher. N’était – ce pas mieux que de sprinter comme un dératé derrière des lapins ?
Certainement, du moins il préférait se faire une raison.

Il entendit des bruits de pas non loin de lui et tourna la tête. L’odeur alléchante d’une souris parvint à son museau mais il préférait mettre cette faim de côté. Il ne savait même plus ce qu’était la véritable faim, il s’était ramené au fait que souvent il avait l’impression d’avoir faim mais c’était une vaste illusion de son corps. Son organisme n’éprouvait qu’une gourmandise malsaine et s’il était encore debout, il n’avait pas faim. Danse Folle déposa sa proie devant le guérisseur qui paraissait fort étonné.

« Tiens. Elle s'est tué toute seule, il ne faudrait pas la gâcher. »

En temps normal, il se serait fichu du code du guerrier et l’aurait mangé pour assouvir ses besoins de provocation. Esprit des Chimères restait un petit c*n cynique et provocateur après tout. La situation était différente quand on parlait de nourriture. La proie aurait pu venir du Tonnerre, de l’Ombre, de la Rivière ou du Vent, il n’en aurait pas prit une bouchée. Il refoulait sa faim d’une manière obsessionnelle, il ne désirait même pas être maigre et squelettique, oh non, il subissait simplement.

« T'as du oublié de manger en plus! Depuis super longtemps! Ça se voit! Moi aussi j'oublie parfois...mais...c'est parce que j'ai pas mal! J'ai jamais mal...enfin...je sais pas comment on peut avoir mal en ne mangeant pas mais...bah de toute façon, je veux pas que tu meures! On peut mourir si on mange pas...et la mort...ça doit faire mal! Et...et...c'est absurde de ma part c'est vrai, mais c'est comme ça. Je veux pas que tu meures. »


Le laïus de Danse Folle développa en lui quelque chose qu’il avait pensé avoir oublié. Il était ému, et c’était plutôt étrange qu’un félin l’émouvait en ce moment. Il sourit de manière sincère. Le guérisseur se souvenait de la maladie de la flèche et se demandait ce que procurait l’insensibilité à la douleur. Il persistait à dire que c’était un don plutôt qu’un malus. Elle avait la force de pouvoir frapper indéfiniment jusqu’à la mort brutale en combat, mais d’un côté elle pourrait être en danger de mort sans s’en rendre compte. La douleur doit manquer aussi, après tout, s’il cessait de manger, n’était – ce pas pour ressentir de la douleur et se sentir vivant ? Il écarta cette hypothèse de ces pensées. S’il jeûnait c’est qu’il n’avait pas besoin de manger, simplement, comme exposé plus haut, il ne croyait pas en la faim.
La flèche eut quelque chose qui étonnait le mâle écaille. Cette lueur de lucidité qui remplaçait cette lueur de folie habituelle le stupéfiait. Lui qui l’avait prit longuement pour une excentrique par nature, elle se jouait peut – être un rôle aussi. Pourquoi jouer la folle dans ce cas ? Celle que personne ne peut supporter à cause de son imprévisibilité ? Ce jeu n’avait pas de sens ! En général, les gens jouaient les gentils et … Et toi tu joues le c*nnard cynique qui en a rien à fo*tre du monde. Ah oui, c’était vrai. Au final, au diable les jeux, au diable ces acteurs de pacotille, au diable ces faux semblants et ces hypocrisies. Esprit des Chimères n’avait pas de raison de jouer devant Danse Folle, c’était clairement la femelle qui ne pouvait pas le juger. Autant devant ses amis, il nécessitait de jouer ce jeu d’insensible pour paraître fort et sensé, devant elle il pouvait être le mâle craintif et persécuté.
Il revint à la réalité. Et puis quoi encore ? Faire tomber son masque pour une flèche ? C’était insensé !

« Tu es l'un des rares à ne pas éprouver de la pitié envers moi. Je le sens. Et...ça me fait beaucoup plaisir. Vraiment. Alors...mange la. S'il te plaît »

Pourquoi éprouver de la pitié envers Danse Folle ? Après tout, elle était juste un peu fantasque, tarée sur les bords mais cet élan de lucidité et de sérieux prouvait qu’elle était bien plus que ça. Esprit des Chimères demeurait persuadée que ce n’était qu’une actrice comme lui aussi, une joueuse de rôle dans son grand opéra, chantant ses phrases toutes faites dans le but de bien se faire voir. Le guérisseur ne parvenait plus à savoir si son jeu était crédible ou même intelligent.

« C’est étonnant que les autres ne t’inspirent pas de la pitié. »

Pour sa part, les autres lui inspiraient énormément de pitié, avec leurs manières de se conformer dans la masse Tonnerreuse pour un jour être chef, se faire traiter dans les assemblées. L’ambition était une drôle de chose et il remerciait son rang sans espoir de promotion pour lui faire garder la tête sur Terre. Lui, désirer être chef ? C’était certainement le chat qui souhaitait le moins de pouvoir au monde, mais les droits que lui procurait son grade lui plaisaient. Avec une pointe de regret et de malaise vis-à-vis de Danse Folle, il repoussait son cadeau. Esprit des Chimères frémit, il eut l’impression de repousser symboliquement son amitié et il aurait voulu creuser un trou pour s’y fondre, courir très loin… Face à une flèche, la course n’était pas équitable.

« Je ne peux pas, Danse Folle. Tu sais … Des fois, j’ai l’impression que j’ai faim. En réalité c’est une illusion. Regarde je suis devant toi, dans un état misérable, mais c’est ce qui me représente le mieux. Je n’aime pas être ainsi, mais je ne supporte pas la nourriture. Je n’aime pas l’idée que quelqu’un d’extérieur à mon corps fusionne avec mon sang et … Argh, vraiment. Puis … Puis … Voilà. Puis merde c’est une proie du Vent, c’est interdit et … Roh et puis laisse. »

Il faillit commencer à insulter la femelle, juste pour qu’elle s’éloigne et le laisse tranquille. Esprit des Chimères était ainsi, il insultait les autres quand ils se rapprochaient de lui pour les tenir à l’écart et se protéger. Drôle de façon de se protéger, je vous l’accorde. Il était à court d’arguments. Il se fichait bien que la proie était du Vent, il n’était pas à sa première infraction du Code du Guerrier et très honnêtement, s’il n’avait pas ses troubles du comportement alimentaire, il l’aurait mangé pour alimenter sa réputation de félin détestable et sans loi.
C’était embarrassant d’être en contradiction avec soi même.

Il voulut juste croquer dedans, pour faire honneur à son esprit marginal et, par ailleurs, faire plaisir à Danse Folle. Il se haïssait d’être faible face à une souris. Morte de surplus. Après tout, pourquoi n’était – il pas plus faible qu’une souris ? Avec sa carrure d’apprenti ? Il était mal à l’aise et son esprit réfléchissait trop. Il aurait voulu appuyer sur le bouton off de sa boîte crânienne mais il n’y parvenait pas. Le guérisseur regarda la flèche et sourit doucement.

« Tu aimerais que je la mange n’est – ce pas … ? Même pas entière, juste prendre une bouchée … Pas forcément l’avaler, juste goûter et avoir le goût dans la gueule … » murmura – t – il pour lui-même.

Il laissa son regard se planter dans les yeux éteints de la souris. Juste une bouchée. Il ne pouvait pas. T’es faible. C’était faux. T’es pas fichu de croquer dans une souris. Tous les chats font ça. Tous les êtres vivants font ça. Il n’était pas un chat comme les autres, et il voulait le rester. Même une bouchée ça te tuerait ? Regarde toi c’est pas ça qui va te remplumer.
Après tout.
Esprit des Chimères prit cet air de la personne qui va battre un record mondial. Il ferma les yeux et croqua dans la chair de la souris. Il croqua symboliquement l’amitié de Danse Folle. Il l’acceptait et ne refoulait plus rien. Il appréciait cette femelle un peu étrange et il devait arrêter de le nier, cette cinglée, cette tarée était attachante. P*tain. Sa mâchoire se referma doucement, il l’acceptait pour de vrai, sans onde de refus. Il détacha le morceau du reste de la souris, il mâcha, il avala.

Le ressenti qu’il éprouvait était amer et sucré à la fois. Il regrettait d’avoir mangé, d’avoir transgressé une règle qu’il s’était imposait et des nausées commencèrent à le torturer. Il n’avait pas l’habitude avoir quelque chose dans l’estomac et eut envie de vomir le peu qu’il avait dans les intestins. C’est pathétique qu’une souris ait le dessus sur toi. Il avait eu le dessus sur la souris en la mordant, en l’arrachant, en la dégradant. Un sentiment de fierté envahissait et réchauffait sa poitrine.
Esprit des Chimères souffrait.
Esprit des Chimères était fier.
Esprit des Chimères était à nouveau un vaste de champ de bataille pour lui-même.

« Merci. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danse Folle
Flèche


Féminin
Date d'inscription : 11/04/2014

Nombre de messages : 27

PUF : Cora, Déesse du pat pat (parce que je pat pat tout le monde 8D), Tumbleweeds Girl, Spinda

Amour : L'amour? C'est quoi l'amour? C'est quelque chose dans la tête? Qui nous donne autant de joies que de souffrances? Si c'est vrai...je connaîtrais le bonheur un jour si je connais l'amour? Et aussi...la douleur? Le bonheur serait-il synonyme de douleur pour moi? J'ai tellement de questions...

Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Sam 17 Mai - 12:18

"C’est étonnant que les autres ne t’inspirent pas de la pitié."

La chatte crème cligna des yeux, légèrement étonnée de cette réponse. De la pitié? Elle, la timbrée de service, la dégénérée, éprouver de la pitié pour autrui? Comment cela pouvait être possible? Avoir de la pitié pour quelqu'un, c'est se sentir suffisamment supérieur à l'autre. Si elle l'inspire parfois aux autres guerriers de Clan, la réciproque était inconcevable pour son esprit trop simple.
Lorsqu'elle vit Esprit des Chimères repousser la souris d'une patte, le regard aigue-marine de la chatte alla alternativement de la proie au guérisseur, lentement, comme pour analyser ce geste. Comme elle ne comprenait pas ce refus, Danse Folle cligna de nouveau des yeux, perplexe, attendant une réponse ou une explication.

"Je ne peux pas, Danse Folle. Tu sais … Des fois, j’ai l’impression que j’ai faim. En réalité c’est une illusion. Regarde je suis devant toi, dans un état misérable, mais c’est ce qui me représente le mieux. Je n’aime pas être ainsi, mais je ne supporte pas la nourriture. Je n’aime pas l’idée que quelqu’un d’extérieur à mon corps fusionne avec mon sang et … Argh, vraiment. Puis … Puis … Voilà. Puis merde c’est une proie du Vent, c’est interdit et … Roh et puis laisse."

En fait, ce qu'Esprit des Chimères ne savait pas, c'est qu'il aurait pu l'insulter et lui hurler dessus autant qu'il lui plairait, ce n'est pas cela qui ferait bouger la chatte crème d'une moustache. Nombreux sont ceux qui ont tenté de la blesser, de la raisonner, d’entamer un semblant de dialogue, ou même simplement de la faire réagir avec des mots, mais tous ont fini par lâcher prise, sans aucune exception. Tous ont fini par comprendre d'eux-mêmes que c'était peine perdue. Car lorsque Danse Folle est dans une transe comme en ce moment même (appelons ça vraiment par son nom), stoïque, fixant de son regard vide bleu pâle le félin en face d'elle, rien ni personne ne peut la faire réagir. Déconnectée du monde tout en restant attentive, les mots paraissent rentrer par l'une de ses oreilles, se frayer un passage entre les connections obscures de ses neurones, parcourir son cerveau dérangé à la recherche d'un coin libre de sa mémoire si aléatoire pour s'accrocher un instant, pour finalement ressortir par l'autre oreille, sans aucunement laisser de trace de leur passage. Tant qu'elle n'entend pas ou qu'elle n'obtient pas ce qu'elle attend, il est aussi utile de communiquer avec Danse Folle que d'apprendre la politesse à un rocher endormi.

La notion du temps lui échappait, elle ne savait plus depuis combien de temps elle fixait le chat écaille sans le voir. La chatte détaillait mentalement tout ce qui caractérisait ce guérisseur si particulier, sa carrure faible, sa fourrure singulière mais soyeuse, sa force de caractère que tous trouvaient insupportable...et qui parut avoir fondu en quelques instants comme de la neige au soleil...
Aussi étrange que cela puisse paraître, elle trouvait Esprit des Chimères adorable. C'était la première fois qu'elle pensait ça de quelqu'un.

"Merci."

Ces mots qu'il prononça la ramenèrent à la réalité.
Il avait mangé.
Il avait accepté son cadeau.
Danse Folle était tout simplement comblée de joie. Elle sautilla sur place en riant et se frotta contre lui, toute contente.

"Tu as accepté mon cadeau! Tu l'as mangée! Si tu savais comme je suis heureuse que quelqu'un daigne accepter une offrande d'amitié, c'est la première fois de ma vie! Ha ha ha!!
Et puis tu vas pas mourir! C'est super! On va vivre encore longtemps tous les deux, je suis si heureuse!!"


Elle se leva soudain sur ses deux pattes arrières, et, ayant un élan de calme, tout en bougeant ses pattes avant de telle sorte qu'elle garde un peu l'équilibre, avec des gestes lents et une cadence bancale qui lui sont propres, la Flèche se mit à exécuter une sorte de danse étrange dont elle seule a le secret, avec une grâce et une harmonie tout à fait singulières. Tournoyant sur elle-même tout en gardant l'équilibre et son rythme lent, Danse Folle commença à déclamer ces vers, telle une Pythie ayant une illumination divine...

"Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher."


Ses pattes avant retombèrent au sol à la fin de ce poème, et, souriant à Esprit des Chimères, avec une franchise aussi déconcertante que désolante :

"Je sais pas ce que ça veut dire, mais c'était joli! Ha ha ha!!"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de Lapin
Apprenti


Masculin
Date d'inscription : 05/02/2014

Nombre de messages : 57

PUF : Nix

Autre(s) personnage(s) : Etoile du Perroquet (V) - Nuage de Serpent (O) - Oeil de Tigre (T)

Apprenti ou Mentor : Plume Tigrée

Amour : xD

Feuille de Guerrier
Force:
0/200  (0/200)
Vitesse:
200/200  (200/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Lun 19 Mai - 7:56

    Spoiler:
     

    Nuage de Lapin avait quitté le Clan avec frustration. Une nouvelle rencontre avec sa mère lui avait valu une crise de nerf. Cette gourgandine l'énervait tellement, parfois il s'imaginait la jeter par dessus bord... Il avait même du mal à croire qu'il partageait le même sang qu'elle. J'aurais préféré me savoir sang-mêlé, ou même chat errant, plus que fils de cette... Machine. pensa-t-il avec colère. Heureusement que je tiens de mon père plus que d'elle.
    Il avait alors décidé de sortir pour chasser et se vider un peu la tête. Et seul pour une fois. Les landes étaient ses terres, sa maison, il était sûr qu'il ne tomberait jamais sur pire que Fleur Limpide. Et l’air était si agréable une fois en dehors du camp... Il ne pouvait pas s'en plaindre.

    Bientôt, il humait l'odeur d'un lapin et ses pensées se focalisèrent sur sa proie. Nuage de Lapin se tapit au sol et s'avança doucement de la source de la senteur. Le rongeur était en train de grignoter une racine rabougrie sous un arbuste desséché. Le novice s'en approcha à pas de loup, le regard jonché sur le petit animal sans défense. Il ne devait s'approcher que d'une ou deux longueurs de queue et il l'aurait.... Plus qu'un bond...
    Mais Nuage de Lapin se redressa et sa proie s'enfuit sans attendre. Il avait sentit une odeur, pas celle d'une proie, ni celle d'un prédateur. Mais celle d'un autre Clan. Intrigué, il abandonna sa chasse -bien qu'elle soit primordiale- et se dirigea vers la lisière de la forêt.
    Il tomba sur deux chats, du Clan du Tonnerre d'après l'odeur... Et un reste de souris. Nuage de lapin se racla la gorge pour se faire entendre et s'approcha, les sourcils froncés. Un bon guerrier, les aurait chassé sans attendre, mais l'apprenti se trouvait curieux. Sans compter qu'il ne connaissait pas les deux félins.
    Il les regarda tour à tour en silence, pendant un instant, puis fixa les restes de souris.

      « Il me semble qu'il y a eu infraction. » dit-il froidement, ramenant ses yeux orange sur les deux intrus. « Et... Rien ne me retient d'aller chercher des guerriers... Vous m'expliquez ? »

    La curiosité le rendait décidément bien imprudent. mais il gardait ses muscles tendus, prêt à détale au moindre mouvement brusque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deathy
Chaton


Date d'inscription : 01/08/2013

Nombre de messages : 266

PUF : Deathy ; Light ; Arsenic Riot

Autre(s) personnage(s) : anciennement Esprit des Chimères.


Feuille de Guerrier
Force:
25/200  (25/200)
Vitesse:
200/200  (200/200)
Agilité:
175/200  (175/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Mer 11 Juin - 8:30











Elle était attendrissante, Danse Folle.
Attendrissant ne semble pas être un mot dans le vocabulaire d’Esprit des Chimères. S’étonner qu’il pense une seconde qu’un être si différent de lui puisse mériter sa clémence était stupéfiant, c’est vrai. Danse Folle était une enfant. Cependant, le guérisseur restait frustré, elle semblait différente malgré tout.

« Tu as accepté mon cadeau! Tu l'as mangée! Si tu savais comme je suis heureuse que quelqu'un daigne accepter une offrande d'amitié, c'est la première fois de ma vie! Ha ha ha! Et puis tu vas pas mourir! C'est super! On va vivre encore longtemps tous les deux, je suis si heureuse! »

Il prit peur. Il ne savait pas la source de sa panique, mais il la sentait, là, dans sa colonne vertébrale, ramper tel un ver. Il eut envie de s’enterrer, fuir, recracher la souris, échapper à l’amitié. Il avait peur, il était lâche, après tout. Il refusait l’engagement amical. Il haïssait la formulation du « longtemps tous les deux » : elle faisait trop engageante. Esprit des Chimères eut un maigre sourire néanmoins. Il avait beau être terrifié à l’évocation de l’éternité, il ne pouvait nier le fait qu’il appréciait la femelle, si cinglée et tarée. Il ne faisait que l’apprécier, il se fixait les barrières dès le départ.

« Oui oui … »

Il avait soufflé ces deux mots du bout des lèvres. Il avait éjecté la tirade de Danse Folle. Il appréciait éjecter les gens de sa vie. Il avait l’impression d’être un grand huit sans ceinture. De loin, c’était l’activité qui l’amusait le plus. Vicieux être qu’il était. La femelle se mit à hurler. Le pessimiste du guérisseur fit entendre le poème comme une sombre tirade de provocation. Ils étaient là, seuls, au milieu du clan du Vent, quelle idée d’hurler un poème. Quelle idée bon sang. SERIEUSEMENT. Il se mordit les lèvres et soupira longuement. Danse Folle, pourquoi tu fais ça après tout ? Il aurait voulu se claquer la tête contre le mur mais il devait se faire une raison : Si un membre du clan du Vent venait, il avait obligation de se porter responsable de toutes les actions de la femelle. Après tout, elle n’avait pas chassé la souris juste pour éviter qu’il meurt suite à son jeun ?
Enfin. Jeun. Il était consentant et jugeait son alimentation comme une manière complète de vivre. Imbécile qu’il était.

« Je sais pas ce que ça veut dire, mais c'était joli! Ha ha ha!
- C’était laid. »
lâcha – t – il d’une voix sans appel. « Je prends mes herbes et on s’en va, j’en ai ras le bol de rester coincé dans ce trou. »

A croire que la nourriture le rendra encore plus acariâtre que d’habitude. Au contraire, il était dans un sentiment d’euphorie mélangé à de l’amertume. Il se mit à penser que les sentiments négatifs prenaient le dessus sur le positif. Il se sentait lourd, sale. Sa sensation de vide lui plaisait, il se sentait léger, il avait la sensation de pouvoir vivre ou se plaquer au sol et devenir invisible. Il soupira, ferma les yeux et contrôla sa respiration.
Une odeur ennemie approcha.
Trop tard pour calmer sa respiration. Il fallait par… Oh et puis merde. Après tout il avait le droit d’être ici en tant que guérisseur. Il baissa les yeux vers le cadavre de la souris puis se concentra sur son mal de ventre. Chasser une proie ennemie, par contre, il n’avait normalement pas le droit. Il soupira une nouvelle fois. Il se foutait de son cas, il était devenu en quelques temps un *VIVE LGDC* notoire dans Cerfblanc. Par contre, Danse Folle avait encore sa réputation de cinglée innocente. Il songeait. Quelle réputation était la plus simple à vivre après tout ?

C’était un apprenti. Sa taille était réduite à un moignon et Esprit des Chimères ne put s’empêcher de se sentir concerné par l’apparence de l’apprenti. Lui aussi c’était un amoindri, un handicapé ? Il ne s’empêcha pas de le regarder, méprisant. Qu’il vienne. Qu’il les provoque. Qu’il les chasse. Qu’il ose leur dire quelque chose. Le guérisseur était d’humeur exécrable et si le venteux s’avisait à leur reprocher quelque chose, il n’allait pas se gêner de le faire taire ou à être particulièrement désagréable.

« Il me semble qu'il y a eu infraction. Et... Rien ne me retient d'aller chercher des guerriers... Vous m'expliquez ? »

Eh bien c’était une menace. Ni une provocation, ni une action, une simple menace d’apprenti. C’était une blague. Esprit des Chimères prit cet air complètement neutre. Il contrôla son timbre. Il reprenait son masque, le nouait autour de sa nuque. Il l’avait perdu, il allait retrouver le guérisseur méprisable qu’il était. Enfin.

« Monsieur est perspicace. »


Il restait persuadé que Danse Folle allait intervenir. Il la voyait déjà, devant l’apprenti en train d’expliquer par a+b que le guérisseur était en danger de mort du à son poids. Comme si un venteux s’inquiétait d’un tonnereux. Esprit des Chimères était bien au dessus de ces histoires de Clans, il aidait les ombreux coincés en haut des arbres, soignait les riveux. Il était peut – être trop ouvert ou tolérant.

« Si t’es si observateur que tu me sembles l’être, nous ne devrions rien avoir à t’expliquer. Tes yeux devraient te suffire. »

Il prit son petit sourire ironique habituel. Il avait hâte de voir ce que l’apprenti allait décider. Allait – il fuir ? Danse Folle allait – elle le menacer ? Heureusement qu’il était tombé sur un guérisseur et une flèche cinglée, un guerrier aurait pu l’attaquer et le réduire en pièces. Laisser un apprenti seul pour chasser, le Vent perdait la tête. Ou bien les novices n’étaient plus ce qu’ils étaient.

« Cela dit, tu as raison sur un point. Rien ne t’empêche d’aller chercher des guerriers, une flèche et un guérisseur sont d’excellents d’otages si vous comptez obtenir trois mètres de terrain de chasse, c’est bien connu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage du Phénix
Apprenti


Masculin
Date d'inscription : 20/08/2013

Nombre de messages : 254

PUF : Voix cassée du phénix :plor: Uwny

Autre(s) personnage(s) : Coeur de Pie & Amanitue Tue-Mouche

Amour : L'amour, ça pue ~

Feuille de Guerrier
Force:
200/200  (200/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
50/200  (50/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Dim 29 Juin - 10:02

[ J'sais pas si j'l'avait demandé sur la CB, mais vu que c'est un peu un rp en territoire ennemi .. J'peux m'incruster ? 8)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deathy
Chaton


Date d'inscription : 01/08/2013

Nombre de messages : 266

PUF : Deathy ; Light ; Arsenic Riot

Autre(s) personnage(s) : anciennement Esprit des Chimères.


Feuille de Guerrier
Force:
25/200  (25/200)
Vitesse:
200/200  (200/200)
Agilité:
175/200  (175/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Dim 29 Juin - 10:44

[Oh ouais ! Allez viens, on cherchait des membres du Vent justement !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage du Phénix
Apprenti


Masculin
Date d'inscription : 20/08/2013

Nombre de messages : 254

PUF : Voix cassée du phénix :plor: Uwny

Autre(s) personnage(s) : Coeur de Pie & Amanitue Tue-Mouche

Amour : L'amour, ça pue ~

Feuille de Guerrier
Force:
200/200  (200/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
50/200  (50/200)

MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Dim 29 Juin - 11:14

La chasse n'était pas vraiment sa véritable préoccupation.

Nuage du Phénix courrait à en perdre haleine. Ses pattes battaient la terre dure et sèche su Clan du Vent à un rythme régulier, sa queue rousse, frôlant l'herbe rase.
A quand remontait la dernière fois où il n'avait pas couru comme ça, comme si rien ne comptait ? Il se sentait enfin vivant, vidé de toutes pensées. Il avait les oreilles plaquées sur son crâne, il avait l'impression de courir plus vite que le vent, et personne n'était là pour le dépasser aisément, donnant un grand coup de patte à son amour propre.

Après tout, il se sentait libéré. Il n'avait plus le poids du secret de sa naissance sur lui. Il avait eu mal, mais maintenant, il pouvait avancer.
Il avait eu envie d'une course dans la lande, pour ne plus voir tous ces visages, et toutes ces voix qui masquaient le bruit de la nature.
Juste un instant. Le vent sifflait dans ses oreilles et l'assourdissait. Il haletait encore plus, épuisé, mais ne voulant pas s'arrêter. Son pelage lui collait à la peau et lui tenait tellement chaud. Mais il se sentait bien malgré tout.

Tout à coup, sa patte blanche qu'il s'apprêtait à poser se déroba sous lui, et il fit une magnifique culbute sur plusieurs longueurs. Le sol se précipita vers lui à une vitesse vertigineuse. Il resta étendu, hébété de ce qui lui arrivait.
Il se sentait stupide soudain. Il se mit à rire, tout seul, étendu sur le dos. Mais il n'avait rien de cassé et il se releva. Il ne fallait pas que quelqu'un le voit.

La rouquin dressa les oreilles. Il entendait distinctement des voix qui se mêlaient à d'affreuses odeurs du Clan du Tonnerre. Sa bonne humeur mise de côté, il se dirigea d'un pas raide vers la source du son, comme on se jette dans un combat.

Nuage du Lapin, un guérisseur et une stupide guerrière. Jusque là, d'après ce qu'il entendait, il ne faisait rien de mal.
Il s'approcha, histoire de rabattre son caquet à ce méprisant guérisseur squelettique lorsqu'il aperçut la proie entamée.

Fou de rage, il laissa retomber sa fourrure sur son échine. Il ne fallait pas qu'il se mette dans des états pas possibles, même si les deux Thunders, méritaient d'avoir les oreilles arrachées à coups de griffes.
Non, ils seraient bien trop contents de le voir faire une syncope. Il allait prôner la nonchalance .. Pour l'instant.

Quitte à bouffer nos proies, tu pourrais au moins les manger en entier ! Y'a rien à manger chez vous ? Les souris provoquent des dégénérescences cérébrales à en juger par ton pauvre état et à celui de ton escorte. cracha t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.   Aujourd'hui à 1:14

Revenir en haut Aller en bas
 
« Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Il n’y a que les poissons morts qui nagent dans le sens du courant. » ▬ prio danse folle.
» Mort d'un nombre important de poissons dans le Lac Azuei
» Cassolette de poisson
» Tarte aux deux poissons et petits légumes
» Rome interdit les bocaux à poissons rouges...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» x La Guerre Des Clans :: La crevasse-
Sauter vers: