AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fémur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nuage du Phénix
Apprenti


Masculin
Date d'inscription : 20/08/2013

Nombre de messages : 254

PUF : Voix cassée du phénix :plor: Uwny

Autre(s) personnage(s) : Coeur de Pie & Amanitue Tue-Mouche

Amour : L'amour, ça pue ~

Feuille de Guerrier
Force:
200/200  (200/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
50/200  (50/200)

MessageSujet: Fémur   Jeu 26 Juin - 9:16

    Nom de votre chat : Fémur
    Age du chat et date de naissance: 4 ans ½
    Sexe : Femelle
    Points à répartir : - Force: 2oo -Vitesse:1oo Agilité:1oo
    Clan : Solitaire
    Rang : Aucun



    Histoire : [Minimum 10 lignes]

Fémur ne pleure jamais.
Il ne faut pas se fier aux apparences, ce n'est pas parce que c'est un chat dur et sans cœur, incapable de ressentir la moindre émotion, mais c'est parce qu'elle est très forte et à toujours mis ses soucis de côté pour les autres.

Déjà, chaton, Fémur s'est faite remarquer pour son physique exceptionnel, puis pour son bon cœur.

Wings

De là d'où elle vient, les chatons, sont considérés seulement comme des bouches inutiles à nourrir. On lui a souvent raconté cette histoire : sa patriarche albinos venait d'un endroit étrange et mystérieux, le Clan de l'Ombre. Mais elle a eu le courage de partir et de fonder une famille, famille qui s'est vite développée et dont la consanguinité à crée des chatons avec des tares. Fémur devait être fière de cet héritage et ne pas le gaspiller en devenant une stupide chatte domestique, comme bon nombre de ses tantes ou même de ses sœurs.
Lorsqu'elle eut atteint l'âge d'une demie année, elle fut brutalement séparée de sa mère, comme le voulait la coutume. Celle ci attendait à nouveau une portée par conséquent Fémur, sa fratrie et les autres chatons de son âge, devaient apprendre la rudesse de la vie.
Cette période fut très dure. Les pauvres chatons étaient chassés à chaque fois qu'ils essayaient de s'approcher du campement, à coups de griffes et de crocs si il le fallait. Ils comprirent vite qu'il ne fallait pas revenir avant d'avoir une bonne raison. Ils n'étaient plus seulement considérés comme des êtres inutiles, mais bien comme des menaces, capable de s'en prendre aux futures mères.

Exilés, ils commencèrent stupidement à se battre pour déterminer lequel d'entre eux serait le chef. Cette mêlée dura trois jours et trois nuits. Fémur ne voulait pas se battre contre ses frères et sœurs, ainsi que ceux avec qui elle avait joué durant son enfance. C'est ainsi qu'elle se rapprocha d'Amanite Tue-Mouche, sa sœur atteinte d'albinisme. Elle fut tout de suite séduite par son air égaré. Elle avait peur, simplement peur, de tout ce déchaînement de violence et de voir son monde instable céder soudainement dans un chaos sanglant. Fémur décida d'être celle qui la protégerait et qui s'occuperait d'elle. Elle ne voulait pas que quiconque souffre. Les deux sœurs, qui ne connaissaient pas plus que ça avant, devinrent très proches. Et c'est avec la sensation que ce qu'elle faisait était bien, que Fémur se jeta dans le combat. Au début, elle protégeait seulement sa sœur. Mais bien vite, elle dû se joindre à la mêlée. Certains, fuyaient la bataille pour probablement devenir des chats domestiques, mourir d'épuisement ou tués par n'importe quel prédateur. Beaucoup décédèrent suite à leurs blessures. Les forts, se réunirent pour chasser les faibles et une fois leur tâche accomplie, se jetèrent les uns contre les autres. Ce grand tri pour éliminer les faibles et garder les forts toucha enfin à sa fin lorsque l'aube du troisième jour baigna de sa lumière blafarde, les corps des combattants, çà et là, épuisés.

Amanite était une faible, mais Fémur avait tenu son serment. Cette minette naïve et attachante avait survécu. Ce jour là, Fémur eut l'impression d'être devenue importante. Elle avait sauvé une vie, même si elle en avait enlevé plusieurs, et elle était devenue celle en qui les jeunes chats avaient placé leur respect. Elle ne voulait pas les décevoir.

Chandelier


Les débuts furent éprouvant. Soudainement propulsée à la tête d'un nombreux groupe de chats épuisés et blessés, Fémur ne savait pas quoi faire. Elle voulait les aider bien entendu, et elle leur laissa autant de repos que nécessaire.
Maintenant que leur triste besogne était terminée, elle se dit que les grands voudraient peut-être les aider, puisqu'après tout, ils s'étaient entre tués pour ne garder que les meilleurs combattants. Fémur était bien naïve. Malgré toute l'horreur à laquelle elle avait assisté, elle pensait que les autres étaient au moins aussi bon qu'elle.
Elle arriva donc au repaire des chats adultes. Elle fut surprise de ne pas se voir chassée, comme jadis. Les félins ne lui prêtèrent pas attention, mais elle interpréta ça comme un signe de bonne augure. Ils allaient être aidés. Elle allait les aider.
Elle aborda le premier matou qu'elle fit, lui décrivant brièvement la situation. Ils étaient à la merci des prédateurs et beaucoup ne survivraient pas.
L'autre n'en eut que faire de son discours. Il était habitué, ce n'était pas la première à venir geindre et quémander de l'aide. Il lui dit simplement qu'il était fière qu'elle eut le commandement de la meute et lui demanda son âge, quelque peu étonné par son physique bien développé.
Fémur répondit poliment aux questions, pressant le grand chat de venir à leur aide. L'autre continua de la flatter et à la féliciter. Fémur eut soudain peur. Elle ne savait pas vraiment pourquoi. C'était une peur assez imprécise, seulement instinctive et bestiale qui lui donnait envie de partir en courant.
Mais le souvenir de ses compagnons d'infortune la poussait à insister encore.
L'autre se rapprocha d'elle, la plaquant de son corps puissant contre un tronc d'arbre. Il avait l'intention de la violer.
Fémur se mit à hurler et à se débattre. Elle ne se débattait pas seulement. Elle réussissait vraiment à prendre l'avantage. D'un puissant coup d'épaule, elle fit perdre l'équilibre au matou et en profita pour se dégager et abattre ses lourdes pattes sur son arrière train.
Les bruits de luttes attirèrent plusieurs félins, venus voir ce qui se passaient. Étonnés, il regardait en silence, le chat qui obtenait tout ce qu'il voulait se faire battre par une jeunette d'un an.

Wiggles

Cet épisode marqua le début d'une nouvelle ère. Très impressionnés par Fémur, les adultes lui prêtèrent attention. Elle était toujours la bienvenue au campement et beaucoup la pressèrent de rester avec eux.
Mais Fémur ne voulait pas abandonner ses pairs. Beaucoup au début de son règne avaient essayé de la déchoir, dés qu'une occasion se présentait. Le respect que lui manifestait les adultes décourageaient les jeunes d'essayer de lui prendre sa place de meneuse.
Sa meute était bien organisée. Tous ensembles, ils s'éloignaient parfois du territoire, nomades, marchant toute la journée pour débusquer du gibier. Quand un endroit leur plaisait, il y restait pour dormir, les uns veillant sur les autres. Puis ils repartaient le lendemain, à la traque de leur repas. Ils restaient en orbite autour du campement des adultes. Fémur avait vraiment un rôle de meneuse. Elle décidait où ils allaient, combien de temps ils restaient, quand il fallait chasser, qui dormait et qui veillait.

Elle revenait très souvent voir les adultes, car un jour, tous les jeunes se disperseront. Certains iront rejoindre le campement, d'autres partiraient en petits groupes, ou même seuls.
Ils étaient reniés pendant deux ans, pour revenir, forts, loyaux, et pleinement intégrés. Rares étaient ceux qui voulaient d'une vie d'errance perpétuelle.

Ce jour arriva. Un adulte vint les trouver. Il leur fit la proposition de rejoindre, pendant la nuit, le précieux campement. Ils y trouveraient sécurité et confort. Ils avaient terminés leur initiation. Beaucoup partirent, cette nuit là, sans un regard vers les deux ans passés en nomade, où les faibles mangeaient en derniers et étaient toujours de surveillance.
Fémur avait permit cela. Sans quoi, ils auraient été un véritable poids pour la meute. Mais ce qu'elle ne tolérait pas c'était les luttes internes et les persécutions. Elle voulaient qu'ils soient tous heureux, ou du moins en bonne santé. Elle voulait les protéger, tous.

Amanite était restée aux côtés de Fémur, discrète mais présente et les deux sœurs étaient devenues assez proches. L'albinos ne voulait pas de cette vie bestiale et décida de marcher longtemps pour retrouver le Clan de sa grand mère.
Elle disait à Fémur de ne pas s’inquiéter, et qu'elle sentait d'ici l'odeur de sa grand mère.
Fémur l'aimait, elle était beaucoup attachée à elle, et Amanite laissa comme un vide en elle.

Cette nuit là, pendant que tous la quittait un à un, sans un merci pour sa protection, faisant tous leur petit bout de chemin, seule la féline albinos resta près d'elle.
Amanite chantait. Elle modulait sa voix. Tantôt elle montait dans les aigus, puis redescendait dans les graves. C'était beau. Fémur oublia tout. Elle finit par s'endormir.

Le lendemain quand elle se réveilla, il avait plut. Amanite avait disparu, tous les jeunes avaient disparus. Elle se dirigea, à contre cœur, vers le campement. Personne. Personne.
Elle était seule. Ils étaient tous partis.
Et la pluie avait effacé leurs traces.


E.T

Les quelques temps qui suivirent la disparition de sa famille, Fémur tenta en vain de les retrouver. Elle n'avait pas un aussi bon flair qu'Amanite, et la pluie qui ne cessait de tomber rendait la chose impossible. Naïve, elle se dit que c'était une erreur, qu'ils allaient essayer de la retrouver. Qu'avez t-ils à lui reprocher ? Son bon cœur ? Elle avait toujours été là pour eux, et elle avait gagné leur respect, lui semblait-il. Rien n'était certain maintenant, son monde s'était écroulé du jour au lendemain.
Elle resta donc à l'emplacement où se trouvait le campement, plusieurs lunes, avant de se rendre à l'évidence. Il ne reviendraient pas. Ils l'avaient trahis, les ingrats, après tout ce qu'elle avait fait pour eux.
Elle les haïssait maintenant. Mais après tout, elle n'avait pas besoin de ses chats rudes et sans cœur.
Elle décida de reprendre sa vie en main. Elle s'était trop laissée aller, ces dernières lunes, bercée par l'espoir diffus que tout allait redevenir comme avant.
La plaie dans son cœur était encore bien à vif, lorsqu'elle prit la décision d'avancer, toujours tout droit, refusant de s'établir à un endroit, marchant, encore, jusqu'à ce que l'épuisement la force à s'arrêter.
C'était la mauvaise saison, et elle venait d'avoir trois ans. Le gibier se faisait rare, et Fémur dépérissant à vue d’œil. Elle était maigre et décharnée mais ses muscles semblaient d'acier, et jamais las de la porter. Ils semblaient animés d'une force inépuisable, comme l'esprit de la jeune femelle qui la poussait à ne pas abandonner la lutte contre le froid, contre la mort.
Vers le milieu de la saison, elle arriva dans une zone giboyeuse, malgré le mauvais temps. Elle s'y installa quelques temps et reprit du poil de la bête jusqu'à ce que le gibier vienne à manquer.
Fémur se remit en route, pleine d'énergie et d'espoir. Le plus gros était passé, le printemps allait bientôt venir, elle le sentait.

Et elle avait raison. Lorsque les beaux jours revinrent, Fémur arriva dans une région hostile. Des pierres tranchantes se dressaient çà et là dans un immense désert gris. C'est là qu'elle rencontra Nuage d'Eau, la première présence féline qu'elle voyait depuis longtemps. Son apparence d'ermite et sa carrure inquiétante étaient repoussantes.
Mais après toutes ses lunes de solitudes et de froid, elle ne pouvait pas laisser passer une telle occasion. Elle aborda le jeune apprenti. Il était sûrement au terme de son entrainement, et plus tard, il deviendrait Chute d'Eau, lieutenant du Clan de la Rivière. Mais ni l'un ni l'autre ne le savaient lorsque Fémur s'approcha de lui. Il eut d'abord peur, mais Fémur, bégayait qu'il n'avait rien à craindre, et qu'elle voulait seulement parler, juste parler à quelqu'un de bien vivant, à quelqu'un qu'elle pouvait toucher. Et ils parlèrent. Fémur lui raconta son périple, et Nuage d'Eau lui apprit des choses sur les Clans. Les Clans. C'était là, peut-être que se trouvait Amanite. Fémur au fond d'elle, n'avait plus envie d'être seule. Retrouver sa chère sœur, cette idée faisait bondit son cœur dans sa poitrine. Mais Amanite l'avait trahie, elle aussi à sa façon. Fémur ne devait plus rien lui devoir. Elles n'étaient plus du même monde.
Nuage d'Eau recommanda à la femelle de partir vers le soleil couchant, pour s'éloigner des Clans. Mieux valait pour elle, qu'elle ne pénètre pas sur leur territoire.
La blanche, s'empressa de suivre ce conseil, et c'est avec une pointe de regret qu'elle revint à sa vie de solitaire, au jour le jour.
Elle ne voulu pas trop cependant s'éloigner des étranges Clans. Une présence, c'était tout ce qui lui fallait. Elle contourna une vaste lande puis finit par partir droit devant elle.
La saison chaude, celle des feuilles mortes, la neige, encore puis enfin les beaux jours. Tout cela défila devant le regard de Fémur. Les jours se ressemblaient tellement et dans son esprit, ses seuls compagnons étaient ses souvenirs de chasse avec sa meute. Puis tous ces visages, flous maintenant, qui semblaient remonter à des siècles. Elle prenait plaisir à revivre un instant le plaisir de la vie en communauté, avec ses ingrats, ses traites et ses sans cœurs. Oui mais voilà. Elle les avaient aimé. Bien sûr, Fémur ne sut jamais pourquoi ils l'avaient abandonnée. Peut-être la considéraient t-elle comme dangereuse ? Et ils avaient préférer fuir, sous la pluie, plutôt que de discuter avec elle ? Aucun ne l'avait donc attendue ? Aucun n'avait vu son bon cœur ? Elle était prête à tout donner pour ses chats pleins de défauts.
Chaque jour de pluie ranimait ses souvenirs douloureux. La plaie n'était donc pas totalement refermée.

Un jour, de la saison des feuilles vertes, Fémur rencontra une apprentie, encore. Nuage de Feuille, du Clan du Vent. Elle aussi eut peur d'elle. Fémur en fut blessée. Si elle n'avait pas eut cette apparence repoussante, mais plutôt un joli minois comme Amanite, elle aurait été repoussante. C'est vrai que sa carrure imposante, son affreux tic à l’œil droit, tout ça ne lui donnait pas un aire franchement rassurant.
Fémur se lia tout de suite d'amitié avec la jeune Nuage de Feuille. Sa douceur, sa gentillesse, elle était à croquer.
Mais bientôt, elle dut s'éloigner, en territoires libres comme ils disent.
Elle reconsidéra la question. Toute sa vie, son but avait été inaccompli. Elle était seule et elle voulait vivre pour les autres. Les autres étaient en l’occurrence les Clans.
Mais elle avait peur. Qu'ils l'abandonnent, qu'ils la tiennent à l'écart. Et elle ne savait pas lequel rejoindre. Elle ne savait même pas si elle en avait la force.

    Caractère : [minimum 5 lignes]

    Rude x Généreuse x Charismatique x Résistante x Naïve x Franche

    Fémur est une femelle repoussante et peu amicale au premier abord. Elle ne fait jamais cas de ses sentiments, qu'elle a tendance à garder pour elle. C'est toujours une oreille attentive à laquelle on peut raconter ses problèmes. Elle est fidèle, et toujours là pour les autres. Elle ne supporte pas voir les autres souffrir, et elle vient toujours aider ceux dans le besoin. Fémur n'est pas du genre hypocrite, ou à faire des manières. Elle dit ce qu'elle pense, et qu'importe l'avis des autres. La vérité, la franchise et la fidélité son ses valeurs. Sa longue vie de solitaire, fait qu'elle aime se retrouver parfois seule, sans être en permanence flanquée d'une bande de chats. Elle aime cependant la compagnie ainsi que de faire de nouvelles rencontres.

    Description physique :

    Fémur est une femelle, avec une musculature phénoménale.
    Elle possède de large épaules, des pattes charnues et puissantes. Elle est donc très forte et endurante. C'est une combattante hors pair, elle encaisse les blessures sans ciller jusqu'à ce que son adversaire commette une faute et qu'elle puisse se jeter sur lui et le reverser à la merci de sa force puissante.
    Fémur est grande et imposante. Son pelage est d'un blanc immaculé au poil ras.
    Ses yeux sont étranges. Ils sont d'un jaune très sombre, sauf un, qui est plus clair que l'autre. Elle a aussi un affreux tic à l’œil droit, qui cligne beaucoup plus que la normal sans qu'elle puisse le contrôler.
    Son apparence imposante et un peu inquiétante, lui permet d'obtenir le respect.


    Signature & avatar :


Signa:
 

Avatar:
 


Dernière édition par Nuage du Phénix le Ven 11 Juil - 5:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage du Phénix
Apprenti


Masculin
Date d'inscription : 20/08/2013

Nombre de messages : 254

PUF : Voix cassée du phénix :plor: Uwny

Autre(s) personnage(s) : Coeur de Pie & Amanitue Tue-Mouche

Amour : L'amour, ça pue ~

Feuille de Guerrier
Force:
200/200  (200/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
50/200  (50/200)

MessageSujet: Re: Fémur   Ven 11 Juil - 5:26

FINI :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile du Perroquet


Chef de Clan
Poussin Déluré
Chef de ClanPoussin Déluré


Féminin
Date d'inscription : 14/01/2012

Nombre de messages : 2088

PUF : Nix

Autre(s) personnage(s) : Oeil de Tigre (T) & Nuage de Serpent (O) & Nuage de Lapin (V)

Apprenti ou Mentor : Nuage Bleu

Amour : Je l'aime, c'est suffisant ?

Feuille de Guerrier
Force:
50/200  (50/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Fémur   Mar 19 Aoû - 13:36

    Je valide ;)

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Une question pour Étoile du Perroquet ?



Tous vos cadeaux ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fémur   Aujourd'hui à 14:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Fémur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» x La Guerre Des Clans :: Proposez des adoptables :: Propositions acceptées-
Sauter vers: