AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petit Fleuve - Vent - Chaton [END !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
* Petit Fleuve
Chaton


Date d'inscription : 30/04/2014

Nombre de messages : 100

PUF : Graph: Kurara~ Poisson pané au choco, Ombry, Fleuve, Fraisou...

Autre(s) personnage(s) : Anciennement : Nuage de Cerisier, emmenée par le Clan des Étoiles (V) Actuellement : Douce Fraise (O) et Rivière d'Ombres (R)

Apprenti ou Mentor : J'ai hâte.

Amour : « La seule façon d'être heureux c'est d'aimer souffrir. » Woody Allen

Feuille de Guerrier
Force:
150/200  (150/200)
Vitesse:
140/200  (140/200)
Agilité:
110/200  (110/200)

MessageSujet: Petit Fleuve - Vent - Chaton [END !]   Dim 14 Sep - 4:51


PETIT FLEUVE

Clan du Vent


Nom de votre chat : Petit Fleuve - Nuage du Fleuve - Fleuve d'Espoir - Fleuve Asséché
Age du chat et date de naissance: Il a actuellement cinq lunes. Sa date de naissance est incertaine, et je ne la dirai pas pour laisser l'opportunité au joueur de l'inventer.

Sexe : Mâle
Points à répartir :  - Force: 150  - Vitesse: 140 - Agilité: 110

Clan : Clan du Vent
Rang : Chaton
Histoire : [Minimum 10 lignes]


    Une petite chatte rousse et blanche se mouvait discrètement dans la nuit, il faisait noir, et la pleine lune était juste au-dessus de sa tête. La neige fraîchement tombée l’obligeait à lever haut les pattes, ce qui était un défi pour elle, car elle était plutôt courte sur pattes. Ses yeux vert ambré brillaient dans le noir. Elle savait très bien où elle allait. Elle longea son Nid et tous ceux qui se trouvaient à sa gauche. Loin devant se trouvait une lande silencieuse et noyée dans l’obscurité. La chatte jura qu’elle avait vu une silhouette féline se déplacer là-bas. Sans doute étaient-ce les chats sauvages qui peuplaient la forêt en face. Elle ne se posa pas plus de questions, de toute façon, elle était une chatte domestique et elle ne voulait pas aller vivre là-bas, à la merci de tous les prédateurs, devant chasser pour elle et pour les autres. Et puis, quand est-ce qu’ils se lavaient ? Beurk ! Quelle odeur devaient-ils avoir, ces chats sauvages !Elle continua de marcher le long de la route. Aucun monstre ne semblait s’approcher, et puis elle n’était pas bête, elle ne se laisserait pas écraser…La route prenait deux directions différentes : vers la droite ou bien la gauche. La féline rousse prit la direction de gauche. Elle était bientôt arrivée.Elle continua de marcher jusqu’à ce qu’elle arrive à l’ancienne ferme de Gerboise. Le solitaire était un ami de ses parents, jusqu’à ce que lui et son jeune ami noir et blanc disparaissent mystérieusement. Personne n’était allé les chercher, car après tout, des solitaires qui disparaissaient, c’était assez courant et on n’y prêtait plus attention. Maintenant, la ferme était abandonnée. Personne n’avait voulu s’y installer, et la chatte rousse en profitait pour ses fins personnelles.Elle sauta sur le muret de pierres qui menaçait de s’écrouler à chaque fois qu’elle passait dessus. Lorsqu’elle posa les pattes dessus, une pierre trembla, se délogea de son endroit habituel et roula jusqu’au sol, ce qui fit frissonner la chatte rousse. Elle marcha le long du muret, qui montait en pente rude, jusqu’à la fenêtre brisée du premier étage. Elle s’engouffra à l’intérieur de la vieille bâtisse, et atterrit durement sur le sol de l’étage, qui était fait de vieilles pierres recouvertes de foin. Des yeux bleus brillants la fixaient dans la pénombre. « Tu arrives juste à temps, dit une voix.-Rooh, ça va ! » dit la chatte rousse.Les yeux bleus s’approchèrent, dévoilant un chat entièrement blanc. Il s’approcha de la chatte rousse et ronronna.« Je suis heureux de te voir, dit-il.-Moi aussi, mais ç’a été difficile de venir, répondit l’autre.-Ah bon ? Tes Bipèdes t’ont posé des problèmes ?-Oui, et pas qu’un peu, ils avaient fermé la porte à clef lorsque je me suis souvenue qu’il fallait que je vienne te voir. J’ai dû leur supplier durant des lunes pour qu’ils acceptent d’entrebâiller la porte !-Oh, je suis désolé de t’avoir causé ces ennuis, Chocolat.-Ce n’est rien, répondit Chocolat en souriant. Et toi ? Comment va la vie de mon cher frérot ?-Oh… ça pourrait mieux aller, pour tout te dire…-Ah bon ? Qu’y a-t-il, Cœur de Pin ?-Tu connais la nouvelle ?-Non… rien qui sorte de l’ordinaire.-Nuage de Cerisier est morte. »Chocolat fut frappée par la nouvelle. C’était comme si le temps s’était arrêté autour d’elle et de son frère. La chatte domestique ferma les yeux tandis qu’ils devenaient humides. Elle se souvint sans peine la petite chatonne blanche qu’elle avait aperçue bien des lunes auparavant. Son petit visage, ses petites oreilles, ses petites pattes noires… elle semblait si fragile, lorsque Fleur de Charbon avait mis bas, et que Cœur de Pin avait présenté à Chocolat sa nièce… Nuage de Cerisier ne savait même pas parler, et ses yeux étaient clos. C’était la seule fois où Chocolat avait vu sa nièce… elle n’arrivait pas à se dire que cette petite créature était morte, à présent… elle rouvrit les yeux. Malgré la pénombre, elle vit bien que Cœur de Pin pleurait.« J’avais déjà perdu Fleur de Charbon… et voilà qu’ils me l’ont prise aussi… ma pauvre fille… » dit-il d’une voix tremblante.Chocolat ne savait pas quoi faire pour le consoler, car elle ne pouvait pas comprendre la détresse de son frère : elle n’avait jamais perdu un être vraiment cher. Son frère, ses parents, son compagnon, Barbouille, tous étaient encore en vie. Elle caressa doucement de la queue l’épaule de son frère. Que cela devait être dur pour lui… Chocolat ne connaissait pas Fleur de Charbon, et très peu Nuage de Cerisier. Mais elle se jura qu’elle ferait tout son possible pour réconforter son frère, dont le cœur ne se raccommoderait sans doute jamais.« Je… je suis vraiment désolée, Cœur de Pin… »Chocolat prit une grande inspiration.« Ce ne sont pas précisément les circonstances dans lesquelles j’aurais voulu te l’annoncer mais… j’attends des petits. »Un sourire triste s’ajouta au visage désespéré de Cœur de Pin.« Excuse-moi, dit-il à sa sœur. Je suis vraiment heureux pour toi, mais…-Je comprends, le coupa Chocolat en lui souriant, compréhensive. Tu dois être dépassé par tous ces évènements. Retourne chez tes Bipèdes, nous nous reverrons à la prochaine pleine lune. Prends soin de toi, frérot. »Chocolat s’approcha de son frère et lui lécha la joue en espérant qu’il se porterait bien, malgré la perte de ces êtres chers. Cœur de Pin avait réussi à rester fort après la mort de Fleur de Charbon, même s’il avait été détruit. Mais la mort de sa fille avait juste remué le couteau dans la plaie.La chatte rousse et blanche tourna le dos à son frère, sauta jusqu’à la fenêtre du premier étage, et s’engouffra dehors, alors que le vent de la nuit malmenait son pelage. Elle se mit en marche jusqu’à son Nid, où ses Bipèdes devaient être assez inquiets.***« Maman ! Maman ! criait le petit chaton blanc.-Quoi, mon chéri ? soupira Chocolat.-Tu me racontes une histoire pour que je m’endorme ?-Oui, mon chéri. Allez, va dans ton panier, j’arrive. »La chatte rousse et blanche cessa de faire sa toilette en regardant d’un œil amusé le petit chaton blanc sautiller jusqu’à son panier en réprimant des petits cris de joie. Fleuve était un chaton énergique, jamais fatigué, et enthousiaste. Son frère, Rouge-Gorge, en revanche, était sage, prudent, toujours à écouter les instructions et n’aimait pas défier les règles. Il demanda moins brutalement que son frère s’il pouvait aussi avoir une histoire, ce à quoi Chocolat répondit la même chose qu’au chaton blanc. Le petit écaille-de-tortue, comme son père, Barbouille, sourit à sa mère et alla vers son panier, situé juste à côté de celui de Fleuve. Il était vrai que Rouge-Gorge ressemblait en tous points à Barbouille, mais la ressemblance entre Fleuve et Cœur de Pin était frappante. A une exception près : Fleuve disposait de beaux yeux vairons. Non loin, Barbouille fit un petit signe de tête à sa compagne. Chocolat se leva et alla voir ses deux chatons.***« Donc si j’ai bien compris, Nuage de Cerisier c’est une chatte de… Clan, c’est ça ? demanda Rouge-Gorge.-Oui, c’est ça, acquiesça Chocolat. Elle était très jolie. Elle te ressemblait beaucoup, Fleuve.-Et elle est dans quel Clan, maintenant ? demanda Fleuve, les yeux brillants.-Elle était dans le Clan du Vent. Mais depuis quatre lunes, elle a rejoint le Clan des Étoiles…-Le Clan des Étoiles ? demanda Rouge-Gorge, intrigué.-C’est un Clan où vont les chats qui ont accompli leur mission sur la terre. Là-bas, tout le monde est heureux et tout le monde est égal.-Comment sais-tu tout ça ? demanda Rouge-Gorge.-Tout ça, c’est votre oncle qui m’en a parlé. Il venait d’un Clan, mais maintenant, c’est un chat domestique, comme nous. Allez, maintenant, il est l’heure de dormir.-Bonne nuit, maman ! » dirent les deux chatons en bâillant.Chocolat regarda ses deux enfants d’un air attendri et s’éloigna d’eux.***« Hé ! Rouge-Gorge ! Tu dors ? » murmura Fleuve.Il faisait extrêmement sombre dans le Nid, et tout était silencieux. Les Bipèdes étaient couchés. Fleuve pouvait entendre leurs ronflements. Il remua le corps de son frère de sa minuscule patte blanche.« Hmm… gémit le chaton écaille-de-tortue.-Tu dors ? répéta Fleuve.-Plus maintenant, dit Rouge-Gorge en s’étirant. Qu’est-ce qu’il y a ?-Tu te souviens de l’histoire que nous a racontée maman ?-Bien sûr ! C’était si passionnant !-Tu n’as pas envie d’aller voir à quoi ressemblent les Clans ? demanda Fleuve d’une voix excitée et enthousiaste. -Mais… c’est mal ! Maman sera inquiète ! On va se faire gronder ! dit Rouge-Gorge, dubitatif.-Et alors ? Lorsqu’on reviendra, maman et papa seront tellement impressionnés qu’ils nous offriront tout ce qu’on voudra ! Et puis ce n’est pas si loin ! Et c’est juste aller voir à quoi ça ressemble ! »Rouge-Gorge fit la moue. La vérité, c’était que cette idée lui plaisait, mais il avait peur des conséquences. Que diraient ses parents s’ils s’enfuyaient ?« La vérité, c’est que tu as trop peur, poule mouillée ! se moqua Fleuve.-C’est même pas vrai ! Je suis pas une poule mouillée et j’ai pas peur ! rétorqua Rouge-Gorge.-Alors allons-y ! » s’écria Fleuve.Ce disant, il se leva. Fleuve se dirigea vers la chatière et sortit dans le jardin. Sa voix se fit entendre depuis l’extérieur :« Tu viens ? »Rouge-Gorge déglutit, et regrettant déjà ce qu’il allait faire, suivit Fleuve dans la nuit noire.***Bien que la chose qu'il pouvait voir était le jardin de ses Bipèdes, Rouge-Gorge ne put s'empêcher de frissonner. Peut-être à cause du froid. Peut-être à cause de la peur. Fleuve cependant semblait loin de toute frayeur. Il sautillait avec joie et se retourna vers son frère :« Allez ! Le dernier arrivé au Chemin du Tonnerre de la forêt a perdu ! »Et ce disant, il s'élança et disparut derrière la clôture.« Mais attends ! On ne doit pas se séparer ! » cria Rouge-Gorge en s'élançant sur les traces de son frère.***Ce fut laborieux, et Rouge-Gorge se perdit plus d'une fois, tantôt dans la gueule d'un chien, tantôt dans un jardin inconnu. Mais avec beaucoup de vitesse et surtout beaucoup de chance, il réussit à retrouver son frère. Il se tenait juste devant le Chemin du Tonnerre qui menait aux bois. Le chaton écaille-de-tortue se demanda comment Fleuve avait fait pour se repérer dans cette grande ville, et il n'était pas du tout essoufflé. Rouge-Gorge, haletant, donna un coup de pattes à son frère, juste derrière les oreilles.« Ça va pas ! On aurait pu se perdre ! Tu refais jamais ça !-Tu as juste trop la trouille !-N'importe quoi ! »Ce que Rouge-Gorge détestait le plus au monde, c'était qu'on doute de lui. Il n'avait pas peur ! Il s'était juste inquiété pour son frère !« Ah bon ? dit Petit Fleuve en souriant. Je parie que t'es même pas cap de traverser le Chemin du Tonnerre puis de revenir !-Ah ouais ? dit Rouge-Gorge en serrant les dents. C'est ce qu'on va voir ! »Rouge-Gorge prit une grande inspiration, et regarda de tous les côtés plusieurs fois. Puis, il courut sur la route de béton.Le ruban d'asphalte semblait infini pour le chaton. Il avait l'impression qu'un monstre pourrait surgir à n'importe quel moment. La lande semblait s'éloigner de Rouge-Gorge. Enfin, il se rendit compte qu'il avait traversé la moitié de la route. Reprenant espoir, il redoubla de forces et appuya de plus en plus sur ses courtes pattes. Tant et si bien qu'il vit la fin de la route s'approcher. Mais avant qu'il puisse l'atteindre, un crissement épouvantable retentit à la gauche du chaton. Les yeux écarquillés et empestant la peur, Rouge-Gorge tourna la tête. Mais trop tard. Deux yeux brillants furent la dernière image qu'il vit. Une douleur insoutenable lui lacéra le flanc, puis le dos. Puis, le noir complet.***Fleuve se glaça. Il avait l'impression qu'il ne pouvait plus bouger. C'était un rêve. Oui, un rêve. Mais il avait beau se mordre les pattes jusqu'au sang, il ne se réveillait pas. Son frère venait de se faire écraser à cause de lui . Tout ça, c'était sa faute. Fleuve espérait que Rouge-Gorge se relèverait, un peu sonné mais en bonne santé. Pas...mort. Fleuve était paralysé. Il vit un Bipède sortir du ventre de son monstre, celui qui avait tué Rouge-Gorge. Les larmes montèrent aux yeux de Fleuve. Non, impossible ! Rouge-Gorge n'était pas mort ! Il s'était juste fait un peu mal. Mais pourtant le corps inanimé de Rouge-Gorge lui faisait lentement comprendre que tout était perdu. Rouge-Gorge était mort. Fleuve se souvint d'une chose. Nuage de Cerisier. Sa cousine était morte de la même façon. C'en était trop pour Fleuve. Que fit-il, à cet instant ? Il courut chercher du secours dans la ville. Il se conduit en héros et fut acclamé par tous.Non. Il prit la fuite. Comme un lâche. Il traversa à toute vitesse le Chemin du Tonnerre, laissant le cadavre de son frère sur le ruban d'asphalte. Il courut sans s'arrêter jusqu'à la lande. Il s'endormit sous un arbre solitaire de la lande, et fut réveillé par un guerrier du Clan du Vent qui proposa de l'amener dans son Clan.Ainsi finit l'histoire de Petit Fleuve.Alors maintenant, à vous d'en écrire la suite.


Caractère : [minimum 5 lignes]


    Petit Fleuve paraît doux et naïf, au premier abord. Mais lorsqu'on se penche sur son cas, on remarque qu'il est égoïste, manipulateur et très ambitieux, trop, même. Il est prêt à tout pour parvenir à ses fins. C'est un très bon comédien. Ses pleurs et ses cris semblent vrais alors qu'ils ne sont qu'une façade. Avant que vous ne vous en rendiez compte, il vous a déjà attiré dans son piège.


Description physique : Petit Fleuve est un chaton au poil mi-long. Son pelage est blanc immaculé et ses yeux sont vairons. L'un est vert, l'autre est bleu.


Signature & avatar : Meurki Passager du Temps ainsi que Braise ♥
Code:
[img]http://i39.servimg.com/u/f39/14/46/72/14/fleuve10.jpg[/img]


Code:
http://img15.hostingpics.net/pics/173003petitfleuve.gif

Fiche by Yelli pour LG


Je libère ce personnage ainsi que le pseudo "Petit Fleuve" pour pouvoir créer Esprit du Cygne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regard de Braise
Admin & Journaliste
Général des armées lamasticots alias Lord Lama
Admin & JournalisteGénéral des armées lamasticots alias Lord Lama


Masculin
Date d'inscription : 17/03/2013

Nombre de messages : 2801

PUF : Color ou Dieu. ~

Autre(s) personnage(s) : Nuageux Soleil (V) Petit Feu-Follet (V) Coeur Perdu (S)

Apprenti ou Mentor : Nuage du Loup ~


Feuille de Guerrier
Force:
200/200  (200/200)
Vitesse:
100/200  (100/200)
Agilité:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Petit Fleuve - Vent - Chaton [END !]   Dim 14 Sep - 8:10

Validosh ! \o/

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _



J'aime tellement Fly, merciiii. *^* ❤

♥♥♥ :
 



-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Petit Fleuve - Vent - Chaton [END !]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Petit Perroquet ~ Vent
» Petit Conte / Tonnerre / Chaton.
» Petit Érable- Chaton- femelle
» Petit Ébène - Chaton - Mâle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» x La Guerre Des Clans :: Proposez des adoptables :: Propositions acceptées-
Sauter vers: