AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Duke
Chat domestique


Date d'inscription : 30/01/2015

Nombre de messages : 108

PUF : Duky, CoinCoin


Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
100/200  (100/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Mar 3 Fév - 16:53

Shampouiner de partout, Duke prenait son bain quotidien. Beaucoup de félin n'appréciait pas la flotte, et le chat domestique avait toujours désapprouver leur avis à ce propos. L'eau chaude continuer de se déverser en douceur avec régularité sur son dos faisant l'office d'un massage, et les frottements lent de sa maîtresse l'apaisait. Il ne comprit pas vraiment ce qu'elle était en train de lui dire, mais à en juger le timbre de sa voix, elle avait l'air ravi que son "petit bébé" soit heureux. Duke laissa échapper un ronronnement fluet en guise de réponse, et elle l'embrassa délicatement sur le front.

Lorsqu'elle le fit sortir de la baignoire sur un tapis de fourrure rouge, elle s'empressa de le couvrir de sa serviette personnelle bleue céleste, brodée de deux lettres de son nom "DK". Vient ensuite le moment de lui couper les griffes. La Bipède l'allongea sur une table blanche confortable, la serviette encore sur le dos, Duke se laissa pouponné. Un chat de sa qualité ne pourrait pas se trouver sans soins appropriés. Le riche matou laissa son regard se promener à travers l'unique hublot, le temps était particulièrement radieux. Un temps qui lui rappela une personne en particulier, à l'image de son souvenir, son coeur se serra, puis, il ressaisit.

Sa bipède ne fut pas de suite d'accord sur le faite de le laisser sortir dehors après sa séance de soin, mais son insistance était si forte qu'elle finit par craquer. Le félon trottina jusqu'à la forêt. Depuis sa première visite, il s'y rendait de plus en plus souvent. Lié à une simple envie au départ, c'était désormais devenu une habitude. Il ne connaissait pas encore chaque recoin, mais il savait exactement où trouver la personne qu'il cherchait. Un de ses vieux camarade l'exhorta à ne plus y retourner. Duke leva les yeux au ciel et continua sa route comme s'il n'avait rien entendu. Pourquoi Djembé ne venait-il jamais avec lui ? L'hantise d'autrui lui laissait toujours guider ses actes, et ceux des autres, ce que Duke ne supportait pas. Il n'avait pas à se justifier, soit son camarade le suivait, soit il s'abstenait.

Le riche matou marcha un moment avant d'arriver enfin sur la route qui séparer deux territoires. Celui du Tonnerre, et celui de l'Ombre. Ses chats en avaient des drôles de nom pour un simple morceau de terrain. C'était aussi ridicule que leur nom composé. Le chat domestique fut fier d'être nommé si noblement, jamais il n'aurait voulu naître non seulement bâtard, mais en plus dans la forêt. Les chats devaient vivre dans des maisons et possédait un jardin, tout comme les oiseaux vivent dans les arbres et possède le ciel.

Quand plus aucune voiture ne courait sur la route, le matou posa ses augustes coussinets sur le goudron, et la traversa de sa démarche habituelle, digne, féminine, et lente. Sans se presser, il arriva à l'autre bout du territoire du Clan du Tonnerre. Ici, les odeurs étaient plus forte, plus âcre, plus nauséabonde même. Du regard il chercha Nuage de Liberté. Jadis, elle avait été une de ses amies, ou du moins, une camarade. Assurément, elle était beaucoup plus ça. Duke avait le béguin d'enfer pour elle, mais il n'avait jamais montré la moindre trace de romantisme ou de réelle sympathie à son égard. Il ne faisait que de se vanter, se vanter et encore se vanter, sans oublier de lui parler de lui, de son confort, et surtout de son succès.

Il marcha un peu, dans l'espoir de la trouver et de lui donner de ses nouvelles. Avait-elle tout le confort qu'elle méritait ici ? Ses camarades étaient-ils gentils avec elle ? Comme si Nuage de la Liberté avait préparé sa venue, Duke l'a trouva en face de son museau, à quelques mètres à peine, et, à ce moment même, c'est un tourbillon d'émotion qui le noya intérieurement, il tremblait, et ne pouvait pas trouver les mots. Pourtant, extérieurement, Duke avançait en total confiance, détendu et surtout serein. Il posa sa queue sur son épaule, ne regardant pas ce qu'elle faisait, et lança comme si elle lui appartenait :

- Salut trésor, tu te souviens de moi ?

Il joignit les gestes à la parole, son ton était si confiant, qu'il parlait avec arrogance. Ses gestes quant à eux étaient subtiles, délicats, mais surtout superficiels. Pour clouer le tout, il afficha son habituel large sourire de "hé, regarde-moi".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de la Liberté
Apprentie


Féminin
Date d'inscription : 29/10/2014

Nombre de messages : 40

PUF : Wind

Autre(s) personnage(s) : Plume Tigrée (V) , Nuage Automnal (T) et Nuage du Matin (R)

Apprenti ou Mentor : //


Feuille de Guerrier
Force:
150/200  (150/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Mer 4 Fév - 5:40

On me demande souvent si ma vie d'avant me manque.
Je réponds toujours la même chose.
Non.
Et pourtant, c'est parfois un mensonge.


Née chatte domestique, jeunesse de chatte solitaire, puis accueillie dans le Clan de l'Ombre. Ha ! J'aurais eu une vie très mouvementée, alors que je n'ai même pas dix lunes. Le Clan de l'Ombre m'avait trouvé un jour, agonisant au pied d'un arbre, à côté de mon frère, tout aussi mal en point que moi. Ils nous avaient ramenés dans leur camp, et j'avais été sous soin intensifs pendant plusieurs jours. Mais à mon réveil, j'avais trouvé une nouvelle famille, un nouvel accueil.... Et j'avais perdu mon frère. Il était mort par ma faute. Je devais monter la garde, pendant qu'il se reposait, mais étant moi aussi exténuée, blessée, je m'étais écroulée, inconsciente, près de lui. On avait réussi à me sauver, mais mon frère n'avait pas eu cette chance. Il était monté au Clan des Etoiles, comme disent les chats de Clan. Je n'ai jamais vraiment cru à cette légende d'ancêtres vivants dans les étoiles, mais par respect pour mon Clan d'adoption, je fais semblant d'y croire. C'est la moindre des choses.
Mais je ne peux m'empêcher, malgré la gentillesse des chats qui m'entourent, de repenser à ma vie d'antan. Chatte domestique, dorlotée par les bipèdes, nourrie avec de la pâtée... Et surtout, avec la présence de mon frère à mes côtés.
Mes pas m'entraînent où ils veulent, et je ne sais même pas où je vais. En ce moment, on m'accorde beaucoup de temps libres, je ne sais pas pourquoi. Peut-être qu'une guerre se prépare, mais qu'étant chatte domestique et solitaire d'origine, ils veulent m'en écarter, de peur que je ne cause d'autres problèmes ? C'est une explication probable.
Une odeur connue me titille soudain la truffe, et je reconnais l'odeur des bipèdes. Je dois être tout près du Chemin du Tonnerre qui marque la frontière avec le Clan du Tonnerre. Je n'ai jamais eu de contact avec des chats d'autres Clans, car Etoile de la Nuée et Fleur de Nuit ne m'ont jamais choisie pour m'emmener à une Assemblée. Et étant rarement affectée dans les patrouilles frontalières, je n'ai jamais rencontré de félins ennemis. C'est peut-être mieux comme ça de toute manière. Il ne manquerait plus que je me lie d'amitié avec un chat d'un autre Clan !
Je m'assois au pied d'un petit arbrisseau, et recommence à rêver et réfléchir. J'aime beaucoup m'isoler dans mon coin, dans ma tête, dans mon cerveau. Me souvenir du passé, profiter du présent, et imaginer le futur. Ca m'aide beaucoup à me sentir moins seule.
Un petit mouvement soudain sur mon épaule me fait sursauter, et je me redresse d'un bond, le pelage hérissé, et me retrouve truffe à truffe avec un chat domestique. Un chat que je reconnais bien.

"Salut trésor, tu te souviens de moi ?"

Evidemment que oui. Un chat confiant, arrogant comme lui, il est difficile de ne pas s'en souvenir. Mais malgré l'idée qu'il peut donner au premier abord, c'est un matou très gentil, que j'apprécie beaucoup. Nous nous sommes rentrés lorsque j'étais encore une chatte domestique du nom de Liberty. Mais nous nous sommes déjà croisé sur les terres du Clan de l'Ombre, et je lui avais alors appris mon nouveau nom, Nuage de la Liberté.
Son petit sourire me fait lever les yeux au ciel, et je lui réponds, sans la moindre trace d'agressivité :

"Duke. Bien sur que je me souviens de toi."

Je souris légèrement, et recule pour mieux pouvoir le regarder. Il n'a pas beaucoup changé depuis la dernière fois que je l'ai vu. Toujours ce même beau pelage, et les mêmes yeux charmeurs. Je me demande comment ça se passe chez lui, depuis que mon frère et moi avons quitté le quartier. Lors de notre dernière rencontre, je n'avais pas pu lui poser toutes les questions que je voulais. Mais aujourd'hui, je vais enfin pouvoir savoir quelques petites nouvelles à propos des bipèdes et de l'ancienne maison dans laquelle je vivais. Mais avant, j'ai une petite question à lui poser... Une question essentielle.

"Qu'est-ce que tu viens faire par ici ?"


Je lui ai déjà dis que ça pouvait être dangereux pour un chat domestique de traîner par là. S'il tombe sur une patrouille, il se fera rapidement réduire en bouilli... Ce que je ne souhaite pas, bien évidemment.

HRP:
 


Dernière édition par Nuage de la Liberté le Ven 6 Fév - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warriorsrpg.forumactif.org/
Duke
Chat domestique


Date d'inscription : 30/01/2015

Nombre de messages : 108

PUF : Duky, CoinCoin


Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
100/200  (100/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Mer 4 Fév - 16:31

Duke se penchait désormais contre Nuage de la Liberté, son odeur habituelle ne s'était pas totalement dissipé, mais son nouveau parfum avait plus d'emprise sur le premier. Le riche matou abhorrerait cette récente effluve qui s'échappait de son corps. Il s’efforça à ne pas grimacer de dégoût.

"Duke. Bien sur que je me souviens de toi."

répondit-elle de sa douce voix. S'il y a bien une qualité qui lui plaisir chez elle, c'était bien sa gentillesse à tout épreuve. De souvenir, Duke ne l'avait jamais entendu prononcer un mot plus haut que l'autre, ni manifester de la méchanceté contrairement à lui qui se faisait un plaisir titanesque à écraser tous ses ennemis. Les deux anciens camarades avaient tant à se dire de nouvelle à partager. Peut-être que finalement, Liberty regrettait son choix, et n'attendait que sa venue pour qu'ils puissent s'enfuir ensemble ? Comment pouvait-on vivre au milieu d'autres chats selon un code, une loi ? Comment pouvait-on croire à quelque chose qu'on a jamais vu et leur obéir à l'oeil et à la griffe ? Comment pouvait-on ne pas manger ne serait-ce qu'une journée ? Et surtout, comment ses chats sauvages pouvaient se passer de bain quotidien, de massage régulier, de coussin moelleux, de petit chausson quand il fait froid, et de tout ses gadgets indispensable au bien-être d'un félin ?

"Qu'est-ce que tu viens faire par ici ?"

Duke n'avait pas à se justifier. Il se sentait également incapable de lui avouer la vraie cause de sa venue. "Je suis venu ici parce que je t'aime depuis tout ce temps, ça me rend malade de ne pas te voir auprès de moi et de te savoir avec ses sauvages" elle ne pourrait jamais le concevoir, lui non plus d'ailleurs, il doutait énormément. Cependant, il ne laissa aucune trace extérieure de son indécision. En guise de réponse, Duke se gratta les griffes contre son poitrail, et leva sa patte en l'air pour les observer briller. Comme il était beau. Tout en s'admirant, le riche matou répondit regardant par-dessus son épaule :

- Je suis venu admirer le paysage

dit-il en riant si subtilement que son poitrail valsa au rythme de sa voix. Sa façon de plaisanter lui plaira peut-être, si naturellement il avait su passé maître de la psychologie féminine, comprenant leurs désirs et leurs aspirations, il avait plus de mal avec la seule femelle qui avait su voler son coeur. Ses stratagèmes hautement efficient ne semblaient pas fonctionner sur Nuage de la Liberté, mais Duke ne se laisserait pas abattre si facilement, tant qu'elle ne serait pas éprise de lui, il ne lâcherait pas le morceau. Sa curiosité cancanière prit parole :

- Et sinon, dans le Clan du l'Ombre comment ça se passe ? Tu manges à ta faim ? L'hiver ne te semble pas rude ? Tu as un compagnon ?

Il retient la dernière question de justesse, malgré qu'elle lui brûle les lèvres. C'était là, la première fois qu'il lui posait des questions au sujet de son bien-être, d'ordinaire, la star d'internet ne souciait pas d'autrui, mais Nuage de la Liberté était différente des autres, si bien qu'il savait faire attention à elle, sans trop en faire. Duke prit le temps de l'observer à son tour. Liberty semblait beaucoup plus mince qu'avant comme si elle n'avait pas connu de vrais repas depuis la dernière fois qu'elle était chatte domestique. Le matou au pedigree irréprochable ressentit une sorte de malheur chez son interlocutrice, si bien, qu'il éprouva vite de la commisération pour elle. Pendant qu'elle répondait, Duke s'assit la queue autour de ses pattes, sa tête posée sur l'épaule de sa camarade. Pas de distance entre eux, depuis le temps qu'ils se connaissaient, ils pouvaient bien se montrer tactile entre eux.

♣. Hors-RP .♣:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de la Liberté
Apprentie


Féminin
Date d'inscription : 29/10/2014

Nombre de messages : 40

PUF : Wind

Autre(s) personnage(s) : Plume Tigrée (V) , Nuage Automnal (T) et Nuage du Matin (R)

Apprenti ou Mentor : //


Feuille de Guerrier
Force:
150/200  (150/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Ven 6 Fév - 12:13

Je me souviens bien, du temps où je vivais chez les bipèdes, que Duke était un chat plutôt aisé et chouchouté à longueur de journée. Je me rappelle bien de son pelage soyeux, toujours brillant encore aujourd'hui. L'odeur qui se dégage de ce matou est une odeur de bien-être, de douceur, de savon et de petites fleurs parfumées. Bien loin de l'odeur sauvage et agressive des chats de Clan, qui se séparent entre elles bien distinctement.
Le mâle lève une patte en l'air, pour s'observer attentivement, et je lève de nouveau les yeux au ciel en détournant la tête devant une telle arrogance envers lui. Je l'ai toujours trouvé extrêmement fier et sur de lui. Confiant. Mon frère me répétait souvent que ce n'était qu'un sale vantard riche et bien chez lui, mais je ne pouvais pas empêcher mon regard de se poser sur ce chat. C'était comme une force invisible qui me poussait vers lui. Encore aujourd'hui, la brillance de son pelage me donne envie de le regarder longuement, mais ce n'est pas pareil qu'avant. Je suis une apprentie de Clan, c'est un chat domestique.

"Je suis venu admirer le paysage."

Je ricane légèrement, d'un petit rire moqueur, sans être méchant. Admirer le paysage... Mais oui bien sur. Pourquoi un chat riche comme lui aurait besoin de venir voir comment pousse les arbres et comment grandissent les fleurs dans un territoire aussi hostile que le Clan de l'Ombre, tout près d'une route très fréquentée ?
Mais le petit rire qu'il lâche de son côté me fait bien comprendre qu'il a conscience de son mensonge non crédible. Mais je ne suis pas là pour chercher la petite bête. Si ça l'amuse tellement de venir se balader sur mes terres, peu m'importe, ce n'est pas moi qui vais chasser d'ici un ancien camarade domestique. Mais j'imagine bien si Nuit Hivernale croisait sa route. Ce serait aussitôt un bain de sang.

"Et sinon, dans le Clan de l'Ombre comment ça se passe ? Tu manges à ta faim ? L'hiver ne te semble pas rude ?"

Je me retourne vers lui, mes yeux luisants dans l'atmosphère sombre qui plane toujours sur le territoire de mon Clan d'adoption. Je me retiens de lancer une pique au matou, en lui demandant pourquoi pour une fois il s'intéresse à d'autres chats qu'à lui-même. A force d'avoir écouté mon frère dire des méchancetés à son sujet, je me suis moi-même persuadée de la vanité extrême de ce mâle. C'est incroyable comme les félins qui nous sont proches arrivent à nous convaincre de telles choses.

"Très bien, merci. Je suis heureuse d'avoir été accueillie là-bas, et je supporte très bien l'hiver."

Je lui souris, dévoilant mes crocs blancs, plus aussi éclatants qu'au temps où j'étais sous la protection des bipèdes, mais bien assez pour prouver que je suis nourrie à ma faim et que je me porte bien. Evidemment, je serais bien mieux soignée et traitée dans une maison de bipèdes, mais la vie sauvage n'est pas si difficile que l'on pourrait penser. Les proies sont meilleurs que les croquettes, et j'apprends à me défendre au lieu de croupir dans un panier.

"Et vous, Monsieur Duke, comment se passe votre vie douillette ? Je ne vous manque pas trop ?"

Je ris gentiment, de mon petit rire doux et agréable à entendre. Puis je rapporte mon attention sur le matou, en braquant mon regard sur lui, dans un petit mouvement de queue qui veut prouver ma supériorité par rapport à lui. Je m'imagine un combat, s'il en venait à éclater un entre nous. Duke ne serait plus alors qu'un mauvais souvenir. Mais je ne compte pas me battre pour l'instant. Il n'a qu'à répondre à mes questions, et se tenir tranquille sans être trop arrogant, et il pourra rentrer chez lui intact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warriorsrpg.forumactif.org/
Duke
Chat domestique


Date d'inscription : 30/01/2015

Nombre de messages : 108

PUF : Duky, CoinCoin


Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
100/200  (100/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Sam 7 Fév - 17:54

Nuage de la Liberté ne se poussa pas, elle se contenta de le regarder comme s'ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps, c'était le cas. Elle n'avait certainement pas oublié son magnifique pelage bleuté, son allure d'athlète et son doux parfum. Duke pourrait lui montrer les nouvelles acrobaties qu'il avait inventés ? Il était certain que son amie allait les adorer !

"Très bien, merci. Je suis heureuse d'avoir été accueillie là-bas, et je supporte très bien l'hiver."

Elle sourit en dévoilant ses crocs aussi blanc que la neige. Duke lui frotta la joue avec la paume de sa patte. Il était ravi que son imbécile de frère ne soit pas avec elle, le riche matou n'avait jamais pu le cerner, il était toujours en train de rabâcher à Liberty des sottises à son sujet. Duke était certain qu'il l'influençait dans ses choix, mais il ne pouvait pas totalement lui en vouloir sachant la vie difficile qu'ils avaient menés jadis lui et sa soeur.

Jamais le frère de Liberty n'avait accepter les invitations que le bleu russe proposait quand ils retrouvaient parfois dehors en plein temps de pluie, malgré son insistance pour qu'au moins ils aient un toit sur la tête ou quelque chose à manger. Mais Duke n'y était pas pour rien non plus, il n'avait jamais daigné qu'ils s'installent définitivement chez lui de crainte que ses bipèdes ne le regarde plus. Alors, il réduisait de plus en plus ses invitations allant même jusqu'à les faire manger en douce, leur apportant lui-même un dinde déjà entamé par ses soins ou bien certaine de ses friandises. Cependant Duke avait justifié ses actions pour la première fois, au gré de Liberty, en imputant son frère."C'est de sa faute si on en arrive là, ton pauvre frère est trop bien pour accepter mes nobles invitations"

"Et vous, Monsieur Duke, comment se passe votre vie douillette ? Je ne vous manque pas trop ?"

Sa réflexion le tira de ses songes, malgré son gentil sourire, Duke devinait que sa plaisanterie était victime de sa plus profonde pensée. Était-elle devenu aussi sauvage que les sauvages -comme les chats domestiques les appelaient- ? Le regard angélique de son interlocutrice se braqua de nouveau sur lui, puis, elle effectua un mouvement de queue qu'elle n'avait jamais fait autrefois. Duke hésita entre ignorer ce geste ou bien lui faire remarquer qu'elle était complètement rustre dans cette position. Il attrapa sa queue et là cloua au sol, il remonta son regard jusqu'aux siens et afficha un large sourire exagérer. Elle est si mignonne ainsi, Duke s'approcha plus près encore et agita sa patte comme une diva :

- Oui tout va à merveille, entre mes nombreux fans et mes tonnes de billets je ne sais plus vraiment ou donner de la tête

Autant répondre à une ironie par une autre ironie. Par contre la deuxième partie de la question n'était pas évidente à répondre spontanément, il pouvait la contourner comme il le faisait à chaque fois, cependant c'est un élan d'euphorie qui prit la parole :

- Evidemment que tu m'as manqué chérie, mais j'ai su m'occuper, hanw que la vie aurait été maussade si je n'avais pas croisée ta route.

Duke apprécier particulièrement ses talents d'acteurs, il se savait bourré de talent, ce n'était pas pour rien qu'il était devenu la Star Mondial d'Internet ! Mais à cause de ses jeux répétitifs et ses diverses mises en scène, nombreux étaient les chats à douter de sa sincérité et de sa véritable valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de la Liberté
Apprentie


Féminin
Date d'inscription : 29/10/2014

Nombre de messages : 40

PUF : Wind

Autre(s) personnage(s) : Plume Tigrée (V) , Nuage Automnal (T) et Nuage du Matin (R)

Apprenti ou Mentor : //


Feuille de Guerrier
Force:
150/200  (150/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Dim 8 Fév - 2:20

Duke ne répond pas tout de suite, se contentant de m'observer, une petite lueur de surprise dansant dans ses yeux. Nous nous dévisageons l'un-l'autre, et je me rends compte que le matou doit sûrement être outré par mon pelage sale, la légère -très légère- griffure qui barre ma patte avant droite, et mon allure de chatte sauvage en elle-même. Le temps où j'étais une gentille et jolie petite femelle bien propre et parfumée est bien loin d'aujourd'hui.
Duke fait soudain un bond en avant, et plaque ma queue au sol, m'arrachant une petite exclamation de surprise. Ses yeux se relèvent vers les miens, et son sourire d'agrandit, lui donnant de plus en plus l'air d'un chat domestique vantard. Finalement, mon frère avait peut-être raison... Ce chat reflète à lui seul toute la catégorie des riches matous vivant au chaud dans de grandes maisons éclatantes et brillantes. J'ai toujours cru que le matou serait un jour attiré par la forêt, mais je pense désormais que pour rien au monde il ne quitterait son abri et ses bipèdes. A la moindre tâche sur son pelage, il doit se mettre à hurler à la mort.

"Oui tout va à merveille, entre mes nombreux fans et mes tonnes de billets je ne sais plus vraiment ou donner de la tête."

Je gronde doucement, en retirant ma queue de sous sa patte de félin aisé, et en reculant d'un pas en arrière. Décidément, Duke ne fait rien pour paraître modeste. C'est un beau matou, d'accord. Un riche félin, d'accord aussi. Mais ce n'est pas une raison pour faire son malin devant moi, une femelle qui s'est enfuis des bipèdes et a été accueillie par les chats sauvages après avoir erré pendant des lunes en tant que solitaire. Alors s'il pouvait témoigner un minimum de respect pour ma triste existence et cesser de se croire supérieur...

"Evidemment que tu m'as manqué chérie, mais j'ai su m'occuper, hanw que la vie aurait été maussade si je n'avais pas croisée ta route."

Je souffle bruyamment par la truffe, signe de mon exaspération. S'il croit pouvoir me flatter avec ses paroles... Non seulement ce mâle est le Dieu même de la vanité, mais en plus il croit draguer de cette manière ? J'aimerais bien le voir dans le Clan de l'Ombre, ça me ferait bien rire. Lui faire passer une journée avec les chats sauvages. Il comprendrait que ses paroles n'atteignent personne, et se ferait vite remballer. S'il se retrouvait en face de... Nuit Hivernale tiens ! Haha ! Je ne donnerais pas cher de sa peau.

"Ohhh... Tu as dut trouver d'autres chattes pour t'occuper j'imagine."

Je pouffe lentement, les yeux plissés dans un geste ironique, et de la même manière que je l'ai fais plus tôt, ma queue fait un mouvement derrière moi, prouvant ma supériorité tandis que je me redresse un peu, faisant rouler mes muscles sous mon pelage. Duke a beau être le plus chouchouté, le plus beau et le plus riche, ici c'est moi la plus forte, la plus stratégique... Et celle qui a tous les droits. Car au cas où il ne l'aurait pas remarqué, ses petites pattes douces se trouvent en ce moment sur Mon territoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warriorsrpg.forumactif.org/
Duke
Chat domestique


Date d'inscription : 30/01/2015

Nombre de messages : 108

PUF : Duky, CoinCoin


Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
100/200  (100/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Dim 8 Fév - 15:40

Le comportement de Nuage de la Liberté semblait avoir changé, elle était passée de la joyeuse domestique à l'agressive chatte sauvage, elle qui riait si souvent à ses vantardises jadis. Sa nouvelle façon d'être ne lui plaisait guère, il réalisait, qu'à cause de sa nouvelle famille, il était en train de la perdre petit à petit. Duke ne baissa pas son regard, comme s'il essayait de pénétrer à l'intérieur de son âme.

"Ohhh... Tu as dû trouver d'autres chattes pour t'occuper j'imagine."

Les autres chattes en voulaient qu'à sa popularité et à son argent, aucune n'était assez bien pour lui. Seul Liberty avait su lui faire découvrir ce sentiment aussi mystérieux qu'étrange. Sa remarque le vexa mais, il ne laissa rien paraître. Son amie continua son mouvement de queue et le jeune domestique haussa un sourcil en signe d'indignation. Encore un geste stupide et puérile inventé par les sauvages, ces chats-là n'avaient donc aucun savoir vivre ? Nuage de la Liberté était bien au-dessus de tout ça, elle n'avait pas à se rabaisser à leur niveau. Duke se contenta de se lécher la patte, l'air de rien et de la passer derrière sa divine oreille. D'un ton plat, comme s'il s'ennuyait il lança :

- Hm sinon tu fais quoi avec ta queue ?

Sans cesser de faire sa toilette, le riche matou repensa aux moments qu'ils avaient eut quand ils savaient encore s'amuser, jamais à court de discussion ou de jeux qu'ils inventaient, leurs complicités étaient d'autant plus grande, mais aujourd'hui c'était différent, les deux félins se parlaient comme s'ils étaient de simples connaissances, voir même, comme de parfaits inconnus. Avant qu'elle n'est eu le temps de répondre, Duke lui coupa la parole de façon inconsciente et lança sans le moindre tact :

- Laisse tomber j'en ai rien à faire, tu veux passer chez moi ?

Son invitation était sincère, cette fois-ci il n'essayait ni de jouer un rôle, ni de se montrer arrogant et supérieur. Le bleu russe voulait seulement passer du temps avec elle et la rabibocher un peu. Duke posa ses douces pattes sur son épaule de Liberty et sa tête sur ses pattes pouvant la lorgner dans les yeux de plus près. Il afficha un sourire plus timide et quémanda :

- Allez s'il te plait

Ils pourraient s'entretenir plus amplement au calme autour d'un bon repas au chaud et comme on était jeudi, sa maîtresse lui avait commandé un divin hachis parmentier chez le meilleur traiteur de la ville, il en salivait à l'avance. Probablement qu'une fois à l'intérieur sa camarade serait plus détendu et donc plus apte à lui relater ses multiples aventures. Duke était persuadé qu'ils retrouveraient vite leurs complicités de jadis, puis cette fois-ci son frère ne serait pas de la partie, quoi de mieux pour une idyllique journée en tête-à-tête ?

Le riche matou frémit légèrement à cause d'une petite bourrasque de vent venue balayer le sol et qui faisait voler les feuilles. Comme le riche matou au pelage bleuté n'avait pas mis ses petits chaussons, il avait froid aux pattes, c'est pour cette raison qu'il les plongea davantage dans la fourrure de Liberty frottant sa tête contre la sienne d'une manière insistante. Elle ne pouvait l'éconduire et contester sa généreuse invitation, Duke pria intérieurement pour qu'elle accepte, même si ce n'était que pour dix petites minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de la Liberté
Apprentie


Féminin
Date d'inscription : 29/10/2014

Nombre de messages : 40

PUF : Wind

Autre(s) personnage(s) : Plume Tigrée (V) , Nuage Automnal (T) et Nuage du Matin (R)

Apprenti ou Mentor : //


Feuille de Guerrier
Force:
150/200  (150/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Lun 9 Fév - 10:51

Je vois bien que mes mouvements de queue le perturbe, mais il ne laisse pas déborder son impatience et son énervement, et se contente de se passer la patte derrière l'oreille, d'un geste calme, et surtout représentant, dans toute sa splendeur, la richesse du félin. Je continue de balayer l'air avec ma queue, dans un petit sourire en coin qui prouve mon amusement, contrastant avec l'agacement profond de Duke.

"Hm sinon tu fais quoi avec ta queue ?"

Je hausse un sourcil, en donnant un nouveau coup de queue dans le vide, tandis que le matou continue de faire sa petite toilette, sans la moindre gêne. Je dois avouer que son beau pelage, propre et soignée, me fait envie. En comparaison, le mien est crotté, boueux, sale et emmêlé. Je fais ma toilette tous les matins, bien entendu, mais ça n'équivaut pas avec un shampoing à l'odeur de framboise ou un parfum à la myrtille et au lotus. Surtout que les chats sauvages ont tous une odeur très forte, leur permettant de bien marquer leurs territoires.
Duke se rapproche un peu de moi, et sans me laisser le temps de répondre, poursuit dans ses paroles de flatteries chargées de vantardise :

"Laisse tomber j'en ai rien à faire, tu veux passer chez moi ?"

Oh, qu'elle politesse. Lui qui se vante d'être un chat de haut niveau... Couper la parole à une femelle n'est pas vraiment très classe. Mais bon, je m'en fiche pas mal, puisque de toute manière je n'ai pas à me justifier sur mes gestes et les mouvements de ma queue.
Il s'avance encore un peu vers moi, et tandis que ses pattes se posent sur mes épaules, son regard plonge dans le mien, dans un sourire sympathique. Je reste immobile, ne sachant pas trop quoi répondre à sa proposition. Un chat de Clan ne devrait même pas avoir de contact de parole avec un chat domestique, alors aller chez lui... Si je me fais prendre, je me ferais sévèrement réprimandée, et peut-être même chassée du Clan. Et je sais bien que si je ne vis plus avec le Clan de l'Ombre, je ne tiendrais pas longtemps vivante. La vie de solitaire, c'était plus ou moins facile avec mon frère, mais maintenant je ne parviendrais pas à m'en sortir si je devais revenir à cette vie-là.

"Allez s'il te plait."

Son regard se fait plus insistant, et il serait difficile pour moi de refuser son offre, je le sais bien. Mais dois-je écouter mon bon sens, qui me dit de partir d'ici pour retourner au camp, ou dois-je écouter mon coeur, qui veut que je suive le mâle dans sa maison de bipèdes ? Ses pattes s'enfoncent un peu dans mon pelage, sur mes épaules, et après quelques longues secondes à se fixer dans les yeux, je recule brusquement d'un pas, l'obligeant à me lâcher. Je fronce le museau, en plissant mes pupilles, méfiante, tout en remuant la tête pour lui signifier que je refuse son offre. J'imagine la réaction de Nuit Hivernale s'il découvre une odeur de chat domestique sur mon pelage... Bien sur, je pourrais toujours prétexter avoir seulement été traîner un peu là-bas, mais dans ce cas, les autres chats m'accuseraient de vouloir retourner vivre en tant que chatte domestique... Ha la la, que tout cela est compliqué...
Mais je me souviens aussi d'une chose, que m'avait un jour dit mon frère, alors que nous traînions dans une ruelle abandonnée. Il m'avait affirmé que les liens d'amitié étaient très importants, et que l'on devait toujours les entretenir. Duke est l'une de mes premières connaissances amicales, l'un de mes premiers camarades. Alors pourquoi après tout, ne pas passer chez lui, seulement quelques minutes ?
Je pousse un long soupir en levant les yeux au ciel et en détendant tous mes muscles, avant de miauler au matou, d'une voix soupirante et légèrement inquiète :

"Bon, c'est bon, je viens. Mais seulement quelques minutes !"

Espérons au moins que cette petite escapade chez les bipèdes en vaudra la peine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warriorsrpg.forumactif.org/
Duke
Chat domestique


Date d'inscription : 30/01/2015

Nombre de messages : 108

PUF : Duky, CoinCoin


Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
100/200  (100/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Lun 9 Fév - 15:55

Sans crier gare Nuage de la Liberté se poussa d'un geste impétueux laissant Duke s'effondrer sous le poids de son propre corps. Il prononça un petit "ah" de surprise avant de se remettre rapidement sur ses pattes, la fourrure terreuse sous son ventre. D'un mouvement vif, le riche matou passa de rapides coups de langue sur sa robe bleuté presque hystériquement. Il venait de prendre son bain il y avait à peine une heure ! Il n'était pas venu honorer ses lieux de sa présence pour se salir.

Liberty ne semblait pas d'accord sur le coup, mais Duke savait qu'elle allait rapidement changer d'avis et c'est uniquement pour cette raison qu'il continua à attendre qu'elle acquiesce son invitation. Sa camarade finit donc par craquer comme il l'avait supposé :

"Bon, c'est bon, je viens. Mais seulement quelques minutes !"

Le bleu russe cessa sa toilette et cacha sa joie grandissante, non, il ne devait pas se comporter comme un chaton. Bien que Duke soit émotif, il n'était pas le genre de chat à exposer ses émotions, les siennes restaient enfouis à l'intérieur de son âme et ne sortaient jamais à l'extérieur.

Duke se plaça à aux côtés de Liberty et commença à prendre la tête pour traverser la route, aucune voiture ne rôder ses temps-ci, ou alors, elles avançaient aux pas. Le riche matou prit soin de poser ses divins coussinets aux endroits les plus aptes à le soutenir sur cette épaisse couche de verglas. Le prétentieux mâle frémit une fois qu'il avait les pattes dans les herbes hautes, sans ses chaussons il ressentait de plus en plus les effets de la température, ce n'était pas bon pour son karma ainsi que pour son bien-être. C'est en silence que les deux félins progressaient lentement à travers la forêt. Duke marchait si près de son amie que leurs pelages se touchaient. C'était à se demandait qui guider l'autre.

Bientôt les deux camarades furent parvenus à franchir l'orée de la forêt et Duke se détendit. Bien qu'il supputer énormément la forêt, il préférait tout de même ses petits quartiers de riche tranquille. La marche fut relativement longue puisque Duke marchait sans se presser. Sa démarche lente et féminine démontrer vraiment qu'il appartenait à une puissante classe sociale. La tête légèrement relever, les oreilles droites et les yeux mi-clos, le riche matou savait où il allait.

C'est vers midi qu'ils arrivèrent au domaine des humains. La maison du bleu russe se distinguait déjà au loin. Situé au fond du lotissement, la demeure de Duke dominait touts les autres par sa taille. Le toit bleu royal se fondait en harmonie avec le ciel azur et les façades beiges formait des minuscules mosaïques sur quelques tours.

Le noble matou s'avança près de son portail personnel à reconnaissance vocal et miaula un coup. La porte s'ouvrit, Duke traversa et regarda par-dessus son épaule, quand Liberty arriva à sa hauteur, le jeune matou contourna l'immense fontaine qui trônait devant l'entrée et gratta la porte en bois. Sa maîtresse accourut pour lui ouvrir et parut surprise devant la silhouette filiforme de la chatte sauvage, elle ne chercha cependant pas à lui bloquer la route. Le talentueux matou au pelage bleuté s'avança jusqu'à dans l'immense cuisine, traversant de nombreux couloir et prit place sur l'une des chaises déjà retirer, d'un geste de queue il invita Liberty à faire de même.

Le ventre de Duke commencer à gargouiller et il savait que son amie ne résisterait pas longtemps à l'odeur de la viande tout juste cuite qui provenait des meilleurs traiteurs de la région. Il était ravi à l'idée qu'elle puisse partager son repas avec lui, depuis le temps qu'il ne lui avait pas parlé. Il se sentait l'envie de jaspiner avec elle aussi longtemps que possible puisqu'elle lui manquait énormément dans le fond. Même les portraits de sa propre effigie sur le mur n'arrivait pas à le réconforter, bien qu'il ne soit pas mal sur ses dessins et ses nombreuses sculptures.

- Allez assieds-toi, c'est l'heure de manger.

Duke savait que les chats sauvages avaient pour principe de rejeter l'aide parfois précieuse des chats domestiques, pour lui, s'était simplement plus une affaire de fierté que de valeur. Comment pouvait-on contester une montagne nourriture servie sur un plateau alors que l'on avait que la peau sur les os ? C'était comme refusé de boire dans un oasis en plein désert alors que l'on est assoiffé. Duke était persuadé qu'elle se sentirait mieux après un bon repas et que la conversation n'en sera que meilleure, c'est précisément ce qu'il lui annonça tout en se léchant avec placidité ses coussinets légèrement abîmé par le chemin qu'il venait de faire. Il le faisait souffrir, sa bipède pourrait sans doute lui passer une crème apaisant après le départ de Nuage de la Liberté pour les apaiser, car jamais il n'avait marché autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de la Liberté
Apprentie


Féminin
Date d'inscription : 29/10/2014

Nombre de messages : 40

PUF : Wind

Autre(s) personnage(s) : Plume Tigrée (V) , Nuage Automnal (T) et Nuage du Matin (R)

Apprenti ou Mentor : //


Feuille de Guerrier
Force:
150/200  (150/200)
Vitesse:
150/200  (150/200)
Agilité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Jeu 12 Fév - 12:19

Mes yeux luisants restent figés sur le matou, qui arrête de lécher vigoureusement son pelage pour lever le regard vers moi. Nous restons un instant de la sorte, nous observant l'un l'autre sans aucun mouvement, puis il se lève enfin et se place près de moi, en prenant la tête de la marche et me guidant en collant son pelage contre le mien, assez discrètement. J'aurais bien envie de lui dire que je peux très bien me digérer seule sur les terres des Clans, mais je pense que son geste part d'une bonne intention alors je ne voudrais pas le blesser moralement. Un aussi riche matou pourrait voir son cerveau aisé être affaiblit par la faute d'une mauvaise remarque...
Nous marchons côte à côte, en avançant toujours plus loin du camp du Clan de l'Ombre, en direction de la ville des bipèdes. Je ne me sens pas du tout à l'aise, et plus le temps passe, plus Duke se détend, et plus je me contracte. Si je croise la route d'une patrouille, qu'elle soit Ombreuse ou d'un autre Clan, je serais véritablement dans la crotte de renard.
Lorsque nous parvenons à l'orée de la ville, le félin se détend complètement, en observant son domaine avec des yeux brillants. Mon allure hirsute contraste fortement avec la posture du chat domestique, me rendant d'autant plus mal à l'aise. J'espère que nous n'aurons pas besoin de passer près de mon ancienne demeure, cela pourrait raviver de vieux souvenirs.
Nous traversons les ruelles délabrées, et parvenons devant la maison de Duke en peu de temps. Mes oreilles rabattues sur ma tête, mon pelage hérissé et ma truffe plissée montre bien tout mon stress et mon état mental, et lorsque nous pénétrons dans le jardin du matou, cela ne fait qu'empirer les choses. Mon coeur s'accélère et je reste un instant devant le petit portail qui donne accès à la propriété, avant de filer comme une flèche pour rejoindre mon camarade, qui commence déjà à gratter à sa porte pour que sa maîtresse vienne lui ouvrir, ce qui ne tarde pas. La bipède apparaît devant nous, et je déglutis difficilement en me repliant légèrement sur moi même, tout en essayant de ne pas avoir l'air trop agressive, pour ne pas que la bipède prenne peur. Lorsque Duke pénètre à l'intérieur de la maison, en passant devant sa bipède d'un air charmant et doux, j'essaye de prendre son attitude en me faufilant le plus loin possible de sa maîtresse et en suivant le matou dans sa maison.
Duke m'emmène jusqu'à un lieu chaud et agréable, qui sent bon la nourriture, et qui se nomme Cuisine, si je me souviens bien. C'était là que mes bipèdes préparaient à manger. Le matou s'installe à sa place habituelle, et me fait signe de venir le rejoindre. Je m'approche lentement, un peu méfiante, et il me miaule d'une voix douce :

"Allez assieds-toi, c'est l'heure de manger."

Je renifle bruyamment, en pensant à une bonne souris grassouillette ou à un campagnol dodu. Ce serait certainement bien meilleur que la nourriture en boîte que Duke me propose de manger...
Je m'assieds près de lui, sans pour autant toucher à la nourriture, ma queue enroulée proprement autour de mes pattes, le dos bien droit, la tête relevée. J'entreprends de faire une petite toilette, car je redoute fort de manger une telle pâtée dégoûtante de chat domestique. Il faut que je rapporte au camp le moins de trace possible qui pourrait trahir ma visite chez Duke, et l'haleine pourrait tout gâcher.
Lorsque le matou m'incite à venir déguster son repas, je réponds donc d'un vif mouvement de tête qui refuse catégoriquement de toucher à cette nourriture. Qu'il mange s'il le désire, mais moi je préfère me préserver.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warriorsrpg.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind   Aujourd'hui à 5:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut juste que tu chantes et tous les doutes qui te tourmentent, sans iront, de toute façon -Wind
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Connie • Nous sommes tous des héros au fond de nous il faut juste savoir creuser assez profond
» my heart was blinded by you. (r)
» " N'oublies jamais que les autres ne sont pas toi, qu'ils sont différents, pire. ♪♫ " Tigrou & Plumy
» BÉTÜL ? tout est gratuit dans la vie, il faut juste savoir courir vite.
» Damias- je viserai toujours la lune , faut juste que je trouve une bonne echelle ;p ( en cour)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» x La Guerre Des Clans :: Le côté gauche du chemin du tonnerre-
Sauter vers: