AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Amy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Amy.    Sam 4 Juin - 17:45

[ Bon voilà. J'avais écrit cette fanfiction à base d'idées vaseuses, donc il se peut que ça soit relativement spécial (:
J'espère que vous apprécierez le début tout de même :3. Enjoy. ]
__________________________________________________________________

Introduction.

La demoiselle aux yeux aussi noirs que cette nuit se promenaient sur le paysage du soir. Elle était allongée dans un pré, loin de l'acitivité urbaine de la grande ville. Elle profitait de la caresse des brins d'herbe sur sa peau. Ses yeux se fermaient, elle avait l'impression d'être dans un cocon fait de coton et de douceur. Elle se tournait, comme dans un lit. Elle était si bien ... Les yeux de la demoiselle arpentaient le ciel, comptant à la dérobée les étoiles, leur attribuant parfois un nom, pour les plus chanceuses. Et elle s'endormait, dans ces fraîches soirées d'été. Elle grognait toujours, le coeur lourd. Parce qu'elle savait qu'il y aurait un lendemain. Un lendemain sans herbe fraîche et sans étoiles pour lui murmurer ses rêves ...

Chapitre un : La nuit, tous les chats sont gris.

Paris, mai 2011. Paris, toutes ses mondanités, ses mille et unes lumières qui vont jusqu'à tromper les oiseaux. Paris, vingt trois heures et vingt trois minutes, une ombre aux formes féminines se déplace lentement à la lumière des réverbères. Ce n'est pas sûr, les rues à une heure si tardive, pour une fille de quatorze ans. Elle ronge l'anulaire de sa main gauche, anxieuse. Les ongles de sa main droite sont impeccables, comme protégésde sa nervosité. La demoiselle songe en fronçant les sourcils à sa punition. Privée d'ordinateur ? De télévision ? De téléphone ? De sortie ? Ah non, pas de sortie ! Elle devait aller à la fête de son meilleur ami ! Ils l'avaient planifiée depuis tellement longtemps ... Une fois arrivée à la porte de son appartement, elle déglutit, glisse la clé dans la serrure, mais avant même qu'elle ait pu la faire pivoter, la porte s'ouvre sur le visage courroucé de son père. La demoiselle mordille sa lèvre, prise en flagrant délit.

« 'Soir papa ...
- Vingt trois heures et demi. C'est une heure pour rentrer ?
- Non papa mais ...
- Va te coucher, on en reparlera avec ta mère demain.
»

Elle n'avait pas l'occasion de discuter. D'un air contrarié, elle grimpe les marches de l'escalier et entre dans sa chambre. Son regard se pose immédiatement sur son téléphone portable. Elle l'attrape machinalement et compose le numéro qu'elle connaît depuis des décennies. Quelques tonalités, puis le son d'une voix.

« Les adolescents ayant un âge comprit entre quatorze et quinze ans dorment pour la plupart à dix heures trente cinq du soir.
- Alec ...
- Non, vous vous êtes trompée.
- Pardon ?
- Marie, je te l'ai faite combien de fois celle-là ?
- Alec ... En plus je te connais par coeur, comment je peux encore me faire avoir ?
- J'sais pas. Sinon. Quel bon vent t'amène ? Fait vite, les bras de Morphée m'appellent ...
- Entrée tardive à la maison.
- Aaah, encore Laurie ?
- Oui. Elle-même. Mais c'est pas sa faute, j'ai trop traîné avec ses potes et elle ... D'ailleurs un d'eux était terriblement collant.
- C'est ça la célébrité ma belle !
- Aleeec ...
- Oui, oui, pas de " ma belle " avec toi si je ne veux pas avoir un trou dans la tête demain !
- Bien. On se revoit demain, que je te laisse sombrer, obscur Titanic ?
- Ouaich. A demain.
»

Les tonalités résonnent à nouveau, signe qu'Alec a raccroché. Marie laisse glisser le portable de sa main, à côté de son oreiller. Elle se met en pyjama puis s'enroule dans ses draps, un air de satisfaction sur le visage. Demain est un jour nouveau ...

Chapitre 2 : Une nouvelle élève.

Marie eut droit aux sermons de ses parents. Privée de toute sorte de multimédia durant toute cette semaine et celle à venir. Devant ses parents, elle prit un air atterré, qui leur dit qu'ils avaient choisit la bonne sentence. Mais intérieurement, elle débordait de joie du choix de la suppression du multimédia. Elle pourrait vivre sans ... Elle s'en fichait comme d'une guigne. Arrivée au collège, elle fila rejoindre Alec, toute souriante. Celui-ci l'observa d'un air d'abord sceptique puis sourit à son tour.

« T'as limité les dégâts ?
- Tout est bon, on se revoit samedi à six heures !
- Yes Marie, ça c'est la classe ! Ils t'ont interdit quoi ?
- Tout civilisation propre au vint et unième siècle : ordinateur, télévision, téléphone ... Enfin tout ça.
»

Ils éclatèrent de rire. Leur bande les observa d'un air amusé. Ils étaient sept en tout, avec Alec et Marie. Il y avait également deux filles, Edwige et Sarah, mais aussi trois autres garçons : Liam, Mathew et Gauvain. Ils s'échangeaient des regards amusés par le manège de leurs deux amis. Ils s'étaient tous les sept connus en rentrant au collège et ne se séparaient plus depuis, bien qu'éparpillés dans plusieurs classes. Les cinq membres passifs virent Marie et Alec entonner la chanson " Shake it " de Metro Station, l'air ravit. Certains avaient déjà cédé au fou rire, d'autres prenaient un air hilare. Ils réagissaient toujours ainsi devant les danses de la joie improvisées d'Alec et Marie, chaque fois sur une chanson et une danse différente. Ils semblaient toujours sur la même longueur d'onde, échangeant à peine quelques mots pour s'arranger. Un professeur étonné passa devant eux. Il eut un grand sourire puis il continua sa route. Au lieu de stopper Alec et Marie, ils reprirent avec plus d'ardeur encore. Cependant, la cloche sonna à l'instant où les sept membres, lancés dans cette folie furieuse, avaient commencé à entonner pour la deuxième fois le refrain.

Marie fonça, sourire aux lèvres grâce à cette journée qui commençait merveilleusement bien. Elle haletait quand elle arriva en cours, et sa professeure d'histoire-géo la toisa avec mépris. Cette femme était capable d'endormir même les élèves les plus attentifs ! Sa voix était traînante, comme si elle n'avait pour seul but que d'être soporifique. Marie dessinait un arc-en-ciel dans le coin de sa feuille lorsqu'une main frappa à la porte d'un air assuré. Ce n'était pas un élève, car souvent, ceux-ci frappaient timidement. Les têtes se relevèrent, les regards furent piqués d'intérêt. Agacée, la professeure vint ouvrir au proviseur, et son visage devint aussitôt plus enjoliveur. Marie soupira. Quelle hypocrite, cette femme !

Le proviseur entra, parla brièvement avec la professeure, de sorte que seuls eux pouvaient entendre ce qu'ils disaient. Les élèves du premier rang avaient beau tendre l'oreille, on voyait bien qu'ils ne captaient rien à ce qui se racontait. Quelques murmures montèrent, puis se turent lorsque la prof lança un regard en biais à sa classe. On attendit donc dans un silence pesant. Au lieu de s'en aller, le proviseur s'avança sur l'estrade, l'air fier et impérieux. Marie retint un soupir exaspéré vis-à-vis de ce besoin de se mettre en valeur avant un long et ennuyeux discours.

« Déjà, bonjour à tous. Je suis ici car une nouvelle élève est arrivée dans notre établissement. J'espère que vous lui réserverez un très bon accueil. »

Le silence se fit. On attendait la nouvelle élève qui ne venait pas. Le proviseur eut l'air gêné.

« Allons ... Entre. N'aie pas peur ... »

Il eut des résonnements de pas. Un pas, deux, trois ... Enfin on pu apercevoir la nouvelle élève. Un air de poupon, plutôt d'Alice au Pays des Merveilles. Ses cheveux blonds ondulés descendaient jusqu'à la moitié de son dos, elle portait un large manteau bleu clair, qui allait jusqu'à voiler sa mi-cuisse. Elle n'était pas fort mince mais pas grosse non plus. Ses yeux étaient d'une taille normale, mais ils étaient d'une telle intensité ... Marie resta stupéfaite devant ce regard. Il était calme, serein et impérieux. Un silence admiratif coupa court aux murmures de la classe. Cependant, l'élève semblait, dans les attitudes de son corps, absolument terrifiée par tout ce monde. Elle se précipita à une place libre dès que le proviseur lui accorda ce luxe. La jeune fille s'installa à une place relativement écartée de tous les autres élèves. Elle ne se présenta pas. On ne connaissait rien d'elle, jusqu'à son nom. La prof semblait le savoir et ne pas vouloir nous en faire part. Le cours continua dans un silence inhabituel. Cette fille avait été étrange dès les premiers instants. Elle avait déjà piqué la curiosité de Marie.
Revenir en haut Aller en bas
Poil d'Ecureuil
Guerrière


Féminin
Date d'inscription : 14/01/2011

Nombre de messages : 617

PUF : Loukoom, Pil, Polly, Poily

Autre(s) personnage(s) : Croc Retors (solitaire) et Patte de Corail (clan de la rivière)

Apprenti ou Mentor : Nuage Céleste !


Feuille de Guerrier
Force:
100/200  (100/200)
Vitesse:
105/200  (105/200)
Agilité:
195/200  (195/200)

MessageSujet: Re: Amy.    Mer 29 Juin - 1:03

J'aiiiiime !! J'adore comme t'écris aussi ! c'est géniale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laguerredesclans.jdrforum.com/
 
Amy.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» x La Guerre Des Clans :: Zone membre :: Fanfictions-
Sauter vers: